Temps de travail : les jeunes généralistes recadrent Agnès Buzyn

Le Syndicat national des jeunes médecins généralistes (SNJMG) intervient dans le débat sur le temps de travail additionnel des internes. Il dénonce des propositions qui visent à « acheter » le « non-respect d’un texte de loi ».

L’enquête de l’Intersyndicale nationale des internes sur le temps de travail continue de faire des remous. Le SNJMG, syndicat de jeunes généralistes, s’en prend à la ministre de la Santé et à sa proposition de rémunérer les heures supplémentaires des internes au-delà des 48 heures hebdomadaires légales.
 
« Même si la ministre peut faire valoir une mesure d’exception contenue dans le droit européen, cette annonce est inacceptable », estime le SNJMG. « Elle revient à acheter, dans tous les sens du terme, l’acceptation du non-respect d’un texte de loi, au mépris de la santé des internes et de celle des patients qu’ils prennent en charge, du fait de leur propre état de fatigue physique et/ou psychologique ». C’est dit.

La ministre va sursauter

Le syndicat rejoint ainsi la position de l’Isnar-IMG qui dénonçait quelques jours auparavant la volonté de faire du temps de travail actuel des internes une norme, certes rémunérée, mais qui comporte des risques pour la santé des médecins. Il rappelle au passage que la limitation du temps de travail à 48 heures hebdomadaire est une règle en Europe. Une règle pour laquelle, avec d’autres syndicats, il s’est battu à la fin des années 1990.

À lire aussi : Buzyn va raquer pour payer leurs heures sup' aux internes

Depuis, il le fait savoir : il n’acceptera pas de faire d’une possibilité de mesure d’exception une règle établie, et demande un « sursaut » de la ministre de la Santé. « Nous attendons qu’elle suspende cette mesure et qu’elle impose aux hôpitaux une organisation sacralisant le repos de sécurité et permettant le respect effectif de la limite de 48 h de travail hebdomadaire », ajoute-t-il.
 
Le SNJMG conclut en rappelant sa disponibilité « pour lui communiquer […] un ensemble de propositions lui permettant d’arriver à un tel résultat ».

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

Pour accéder à la maîtrise de stage en médecine générale, un agrément et une formation sont nécessaires. Une proposition de l’Agence Nationale du...

Ce mercredi 27 octobre, la salle Colbert de l’Assemblée nationale a accueilli le colloque consacré à la santé mentale des jeunes médecins. L’occasion...

Thibault Marty-Diloy, 29 ans, originaire de Toulouse, fait son dernier semestre à Poitiers en chirurgie orthopédique et sera docteur junior en...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.