Reviewers : qui sont-ils ? Comment le devenir ?

Les « Riviouveurs … », mais qui sont-ils ? Les reviewers ne sortent pas d’Hollywood. Ils travaillent en silence À nos soumissions d’articles…

Le reviewing, c’est le système d’analyse des articles scientifiques soumis à des magazines avec comité de lecture et revue par les pairs. Après soumission, nos manuscrits sont disséqués par un ou plusieurs reviewers, externes à nos travaux, reconnus pour leur expertise dans le domaine de la publi’. Le reviewing doit évaluer la qualité scientifique et la pertinence médicale d’un article. Il est considéré comme un art, un privilège, une responsabilité et un service rendu à la profession.

Mais qui est donc ce reviewer ? Médecin ou scientifique, dans tous les cas, c’est un samouraï de la publi’, exerçant comme consultant pour l’éditeur. Le reviewer s’engage à mener une évaluation honnête, constructive et structurée.

Il doit conclure sur le potentiel de publication des travaux présentés.

To Publish or not to publish ?

That is his question…

Exercice difficile d’autant plus exigeant qu’il est limité par le temps : entre 48 heures et 15 jours, en fonction des éditeurs. Ami ou ennemi de nos publi', le reviewer conseille, propose, recadre ou… sabre tout simplement. Son travail suit des guidelines qui lui sont spécifiques. Sous le sceau de l’impartialité, la review est blindée, à l’aveugle, sans connaissance de l’équipe rédactionnelle…

Le reviewer est indispensable… Tout d'abord à l’éditeur pour analyser la valeur de la contribution scientifique ; aux auteurs, ensuite, pour guider leur écriture vers la publication ; et aux lecteurs, enfin, pour leur garantir la qualité méthodologique des travaux.

Un éditeur cherche à identifier les meilleurs reviewers pour une thématique donnée. Ces derniers sont le plus souvent sélectionnés sur leur notoriété et le volume de publi' personnelles. L’éditeur s’aide du nombre de citations des articles qu’il a publiés, ce qui signifie que les reviewers sont très souvent d’origine académique, du moins en France. Mais, ils peuvent également être recommandés ou peuvent se déclarer volontairement.

La vie des reviewers n’est pas un long fleuve tranquille. Une fois nommés, ils peuvent être tout autant révoqués ! Ils sont sans cesse évalués par l’éditeur sur leur nombre de manuscrits reviewés, leur délai de réponse à l’invitation de review, leur délai de retour d’analyses commentées et la qualité de leur reviewing.

Enfin, les reviewers travaillent au mérite ! C’est une activité bénévole. Ils sont le plus souvent remerciés par une publication de leur nom dans un numéro du journal.

Certains se voient proposés une place dans le board éditorial du magazine. Rares sont les compensations financières. Bien sûr, le fait d’être reviewer soi-même est un avantage indéniable pour l’apprentissage de l’écriture et le développement de sa culture scientifique. C’est ça, la véritable richesse de l’exercice.

Enfin, à savoir que le nombre de journaux qui sollicitent le reviewer, comme le nombre d’articles reviewés, sont autant de critères qui font partie intégrante de l’épreuve de titre du reviewer.

Alors, ça vous tente ?

Par Christophe Mariette
PU-PH de chirurgie viscérale (Lille).
Reviewer de nombreuses revues chirurgicales ou d'oncologie (The Lancet Oncology, The Annals of Surgery, British Journal of Surgery…).

Portrait de Christophe Mariette
article du WUD 7

Vous aimerez aussi

Les événements indésirables graves, c'est du sérieux. Peut-on les éviter en s'amusant ? Oui, répond Benjamin Terrasi, un jeune médecin qui a adapté l...
Le travail d’équipe fait partie de l’exercice médical. Pas toujours évident pourtant de composer avec tout le monde.

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.