Que va devenir le concours de PH ?

Les négociations commencent entre les syndicats hospitaliers et la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) autour du statut de praticien hospitalier. Le statut unique semble validé, mais il reste un flou sur le concours…
 

L’article 6 de la loi de transformation du système de santé prévoit la création d’un statut unique pour les praticiens hospitaliers (PH). Un statut dont les contours seront dessinés par des ordonnances. C’est donc l’heure des négociations entre les syndicats et le gouvernement.
 
Si la création d’un statut unique semble satisfaire les syndicats hospitaliers, qui estiment qu’il sera un atout pour l’attractivité de l’hôpital, la disparition annoncée du concours est un point bien plus délicat. Ils veulent à tout prix défendre une procédure nationale de désignation des PH via le Centre national de gestion (CNG).

Pas touche au CNG

« En tant que médecin, c’est notre seul garde-fou », martèle Renaud Péquignot, président d’Avenir hospitalier, joint par What’s up Doc. « Nous avons absolument besoin de ce statut national, surtout à l’heure de la T2A ». Les syndicats craignent une procédure qui donne trop de pouvoir aux directeurs d’hôpitaux, qui seraient alors en capacité de dicter leur conduite aux PH, notamment sur le plan médical. « Ce n’est pas un problème de garantie de l’emploi, vu le nombre de postes vacants dans les hôpitaux, mais nous n’avons pas envie de nous faire virer parce qu’on ne rapporte pas assez ! »
 
Et, bonne nouvelle, les craintes semblent avoir été entendues à l’issue de la première réunion sur le sujet. « Nous avons une promesse de la DGOS de ne pas toucher au CNG, ni à la nomination nationale », explique-t-il. « Ce qui sera différent, c’est juste que le concours sera remplacé par un examen… Ce qui n’est pas choquant ».
 
De son côté, le syndicat Jeunes médecins demande la disparition du statut d’assistant. « Ce statut n’a plus de raison d’être, la réforme du 3e cycle l’ayant intégré », explique-t-il dans un communiqué. Face à celui de chef de clinique, il est en effet un peu moins attirant… « Ce statut est indigent et ne respecte pas l’engagement total des jeunes médecins au sein des hôpitaux. 7,23 euros nets de l’heure, soit moins que le Smic horaire, à Bac + 10, comment peut-on le tolérer ? », s’indigne Jeunes médecins.

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

Par WUD
Suite à la publication de notre interview de Christophe Prudhomme, nous avons reçu cette réponse de Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP, que...
Start-up nation, département santé
Le collectif Inter-Urgences a été déçu par les propos de la ministre de la Santé, invitée de Jean-Jacques Bourdin sur RMC. Il regrette qu’aucune...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.