L’Ordre des médecins : Le secret médical en danger ?

Garant du secret médical, l’Ordre des Médecins a tenu à rappeler son opposition à partager ses données pour favoriser la mise en place d’un confinement forcé. Un point de vue qu’il est bien décidé à faire respecter.  

L’Ordre des Médecins a tapé du poing sur la table. Le vendredi 27 novembre, l’Institution a publié un communiqué dans lequel elle rappelait « son opposition à l’éventuelle utilisation des données médicales à des fins de contrôle et de sanction ». « Il nous paraît important de rappeler certains principes fondamentaux sur les libertés en général et sur l’utilisation des données de la santé », nous précise Patrick Bouet, Président du Conseil de l’Ordre.
 
La source de leurs frayeurs ? La sortie remarquée du Président de la République durant son allocution mardi dernier. « Je souhaite que le gouvernement et le Parlement prévoient les conditions pour s’assurer de l’isolement des personnes contaminées, y compris de manière plus contraignante », lâchait le Chef de l’État. Une remarque qui fût suivie d’actes. La semaine dernière, une proposition de loi prévoyant une amende de 1 500 euros pour les contrevenants atteints du Covid-19 était déposée.
 
« L’Ordre ne saurait accepter que les données médicales recueillies dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, destinées à assurer aux malades et à leurs proches une prise en charge médicale et sociale, puissent être utilisées à des fins de contrôle de nos concitoyens », a précisé le CNOM, garant du secret médical, dans son communiqué. Et Patrick Bouet d’ajouter : « Pour les contrôler, il faut les identifier. Et pour les identifier, cela suppose qu’il faut utiliser les données médicales. ». Outre protéger le secret inhérent à ces informations, l’Ordre des Médecins s’inquiète également de l’impact de mesures coercitives de la population. « Ce n’est pas par la contrainte et la sanction que nous ferons avancer les choses. Les gens ne se testeront simplement plus », affirme le Président.
 
Malgré la fermeté de son rejet en matière d’isolement forcé, l’Ordre des Médecins tient tout de même à souligner qu’elle promeut l’idée qu’un confinement individuel « sera l’une des conditions pour éviter une nouvelle aggravation de la crise pandémique ». Au lieu de la coercition, l’Institution préfère pour autant miser sur un nécessaire accompagnement pour favoriser leur confinement individuel des patients. « Nous pensons qu’il faut revenir à ce qui était initialement prévu – c’est-à-dire un accompagnement médical, médico-social, financier et psychologique », nous précise Patrick Bouet.
 

Source: 

Le communiqué du Conseil de l'Ordre : 
https://www.conseil-national.medecin.fr/publications/communiques-presse/allegement-confinement-isolement-obligatoire

Portrait de Julia Neuville

Vous aimerez aussi

Depuis le début du Coronavirus, et surtout depuis le confinement, de nombreux artistes ont sorti des titres en rapport. Renaud s’est prêté à l’...

Suite aux annonces d’Agnès Buzyn que nous avons notamment interviewée à propos de la grève des internes, les syndicats d’internes ont réagi. De...
Ils se considèrent « oubliés du Ségur ». À l’instar des praticiens hospitaliers, les médecins des établissement de santé privés d'intérêt collectif (...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.