L'homme aux 20 objets connectés

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Berci Mesko est accro aux objets connectés. "J'ai une quarantaine d'objets connectés chez moi : j’utilise un traceur pour l’activité physique et un autre pour le sommeil. Je mesure mes pas, mon poids, le nombre d’étages que je monte dans une journée, la distance que je couvre, mon pouls exact et ses variations. Je connais ma saturation en oxygène après avoir couru, je fais mon ECG deux fois par mois…" Ce "médical futurist", physicien de formation, a fait le choix de se consacrer aux nouvelles technologies et à l’innovation : "J'utilise 3 ou 4 objets connectés par jour mais je change tous les jours !".

C'est en rencontrant des problèmes de sommeil que Berci Mesko s'est essayé aux objets connectés : "Je me suis rendu compte que de mon sommeil et de la qualité de mon sommeil dépendent mes choix de qualité de vie, c'est ce qu'on appelle la "sleep quality perspective"". Trouver comment mieux dormir était devenu une nécessité. Il s'est alors mis à tester toutes les applis sur le sommeil. En ce moment, il teste la SmartWatch, l'équivalent de la Apple Watch, une montre connectée qui lui calcule ses heures de sommeil léger et profond mais aussi sa meilleure heure pour se réveiller le matin. 

A l'occasion de la conférence des "Doctors 2.0 & You", Berci Mesko a fait le tour des différentes applications testées dans le domaine de la e-santé. Alive Core l'a particulièrement intéressé. Il s'agit d'un petit boitier que l'on colle à son smartphone et qui permet, en trente secondes, de calculer sa fréquence cardiaque via un électrocardiogramme affiché sur l'écran : "Il y a trois ans, il fallait aller dans une clinique et attendre les résultats papier la semaine suivante. Alors qu'aujourd'hui, en 30 secondes, vous avez électrocardiogramme !" explique Berci Mesko. 

Parmi ses applications préférées, celles de cardio-fitness (Tinke, Whaoo Fitness), la fourchette connectée made in France HAPifork, l'appli d'entrainement cérébral Lumosity, l'application [email protected] qui améliore la concentration par la musique ou encore le casque connecté qui calcule l'activité cérébrale. "Il est possible, rien qu'avec son attention, de faire voler un drone". 

Mais pourquoi utiliser tous ces gadgets? Berci a une démarche proactive : "La science médicale avance de plus en plus vite. Nous devons savoir ce qui est à venir, de façon à ne pas en être surpris. L’écart se creuse entre ce que nous faisons aujourd’hui et ce qui existera et je veux contribuer à combler ce fossé. Nous ne risquerons pas d’être surpris puisque l’information est là."

Son but : informer les gens afin qu'ils ne soient pas dépendants des experts : "Je veux aider les gens à savoir quelles sont les compétences dont nous aurons besoin dans l’avenir pour prendre des décisions. Je ne veux pas que nous devenions dépendants des experts."

Berci Mesko lui est dépendant aux objets connectés. Heureusement, il s'oblige a faire une pause : "Une ou deux fois par mois je vais me coucher sans rien, pour le plus grand plaisir de ma femme !". 

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.