Le CV médical, le même que les autres… ou presque…

Mode d'emploi

1 – état-civil (nom, prénoms, femme, enfants, adresse…)
2 – formation (diplômes de l’internat à sa thèse…)
3 – expérience professionnelle (stages, contrats réalisés, domaine d’expertise particulier…)
4 – publications (abstracts, articles, communications…)
5 – divers (langues, loisirs, passions…)

Un conseil pour ne rien oublier
Ne jamais l’écrire dans l’urgence ! On peut commencer d’écrire son CV dès son internat. Dans tous les cas, il nous sera demandé assez tôt dès l’inscription pour un DU ou DIU… Mieux vaut mettre à jour un fichier, plutôt qu’à chaque fois tout recommencer !

Un CV ou des CVs ?
Bonne question ! Le CV doit correspondre à l’employeur visé. Il est important de mettre en avant les éléments qu’il attend. C’est à nous de nous adapter, pas vraiment à lui de les rechercher. Une clinique privée sera toujours plus intéressée de trouver le nombre d’actes déjà réalisés dans notre expérience, que le nombre de papiers publiés dans notre passé…

Retrouvez l’assistant de gestion de CV en ligne

Portrait de Matthieu Durand
article du WUD 2

Vous aimerez aussi

Que dire, que faire lorsqu'un labo nous propose d'être investigateur pour une étude de phase IV offrant une belle rémunération à la clé ?
Le travail d’équipe fait partie de l’exercice médical. Pas toujours évident pourtant de composer avec tout le monde.
Et si demain un jeune interne enseignerait à un sage mandarin les rudiments du partage de posts, des retweets, ou de la publication sur CMS......

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.