La télémédecine vue par le Pr Louis Lareng

Le 21 janvier 2016, WUD publiait une courte interview du Pr Louis Lareng, le fondateur du Samu, décédé ce dimanche 3 novembre. Une leçon de modernité de l'anesthésiste-réanimateur, qui, à l'âge de 92 ans, était toujours président de la Société européenne de télémédecine et administrateur au sein du GCS* Télésanté Midi-Pyrénées.

What’s Up Doc : Vous êtes le fondateur du Samu et avez donc introduit l’urgence mobile en France, comment percevez-vous le développement actuel de la télémédecine ?

Pr Louis Lareng : La télémédecine est le nouveau paradigme de la pratique médicale. Pour être efficace, il faut voir au loin et pas seulement le jour-même. La télémédecine est une nouvelle fonction médicale par le biais de système d’information, qui a été rendue possible depuis l’apparition des nouvelles technologies.

WUD : Pouvez-vous nous citer une application concrète de la télémédecine ?

LL : Une expérience menée il y a quatre ans dans des Ehpad des Pyrénées en montagne a par exemple été une réussite : en pleine nuit, les patients pouvaient au besoin, être mis en relation avec des médecins, où qu’ils se trouvent.

WUD : Et qu’est-ce qui freine la télémédecine ?

LL : On ne peut pas négliger les lourdeurs administratives. Il faut faire un projet, à soumettre à une Agence régionale de santé (ARS), qui établira un contrat signé. Il y a un retard considérable en la matière, le problème étant que la télémédecine n’est pas financée par les pouvoirs publics, notamment par la sécurité sociale.

WUD : Comment voyez-vous la suite ?

LL : Pour être efficace il faut voir au loin. Pour que cela soit une réussite, il faudra donc être dans le sillage des ARS en coordonnant les acteurs : les médecins, l’Etat, les syndicats de médecins et les Unions régionales des profssionnels de santé (URPS). Je suis très optimiste car on a les moyens de le faire. Ceci dit, ceux qui veulent dormir peuvent rester dormir !

*Groupement de coopération sanitaire

Source: 

Guillaume Bouvy

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Quand les soins prennent de la hauteur
La télémédecine progresse chez les Helvètes
Après la téléconsultation, c'est maintenant au tour de la télé-expertise d'être pris en charge par l'assurance maladie et ce dès le 10 février...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.