La #MajoritéSilencieuseVaccinée prend la parole

Après les anti-vax, c’est au tour des pro-vax de donner de la voix sur les réseaux sociaux. Depuis lundi 19 juillet, le hashtag #MajoritéSilencieuseVaccinée a été repris par des milliers d’internautes.

La #MajoritéSilencieuseVaccinée a décidé de s’exprimer. En réaction aux nombreuses sorties médiatiques des anti-vax, aux manifestations anti-pass sanitaire et à la propagation du variant Delta, de nombreux internautes, hashtag à l’appui, ont pris la parole sur les réseaux sociaux pour soutenir la vaccination contre le Covid-19.

C’est le 19 juillet dernier que Simon, 42 ans, a posté un message devenu viral sur les réseaux sociaux. « Il est plus que temps que la #MajoriteSilencieuseVaccinee […] se fasse entendre face à la minorité vociférante antivax. Je vous propose de relayer ce #MajoritéSilencieuseVaccinée afin de nous faire entendre maintenant ! », y écrit-il.

« Ce hashtag, c’est un ras-le-bol, nous précise celui qui travaille dans le domaine médical. Un ras-le-bol des propos que j’ai pu lire sur Twitter ou entendre sur les chaînes d’information en continue. Il est important que ceux qui soutiennent la vaccination puissent s’exprimer aussi ».

Un cri du coeur qui a trouvé un écho certain sur la plateforme. En tout, ce hashtag aura été repris des milliers de fois en France. Pêle-mêle, on peut notamment lire sur Twitter :

Contrairement aux névrosés du nombril et aux égoïstes frénétiques, je n’ai aucun problème avec le #PassSanitaire que je présenterai aussi souvent que nécessaire. Parce que je suis de la #MajoritéSilencieuseVaccinée. 

Ils ne manifestent pas dans la rue, ils ne vocifèrent pas, ils ne brandissent pas des #étoilesjaunes, ils ne traitent pas les #vaccinés de #collabos, ils n’insultent ni #EmmanuelMacron, ni #JeanCastex, ni #OVeran, ils sont la #MajoritéSilencieuseVaccinée !

La #MajoriteSilencieuseVaccinee ne compte pas du tout se taire et rester dans l’ombre. Elle est là, fait preuve de respect quotidiennement et doit être entendue face aux antivax ! Ne baissons pas les bras et continuons de convaincre celles et ceux qui ont encore des doutes.

Cet engouement a d’ailleurs surpris l’auteur du premier message. « Je suis touché par ce retentissement. Et je le suis encore plus que les Français se soient appropriés #MajoriteSilencieuseVaccinee, explique-t-ilL'idée était de trouver un # fédérateur, bienveillant et permettant à chacun de s'identifier. »

S’il ne souhaite pas prendre la parole à la place des internautes qui se sont mobilisés, le quadragénaire estime qu’il s’agit de personnes « qui ne souhaitent pas être dans une dynamique perpétuelle de vagues épidémiques, de confinements successifs, de fermetures de lieux de culture. » « Il y a un moment, on a attendu. Il y a eu beaucoup de pédagogie de la part du gouvernement. Maintenant, il faut passer la troisième », assure-t-il.

Une mission qu’il espère d’ailleurs aider à remplir au travers de la médiatisation de ce nouveau son de cloche. « On est 38 millions de personnes [primo]-vaccinées en France. Nous sommes dans une démarche commune. Il y a des personnes qui sont stressées. C’est important de montrer que nous allons bien, que nous n’avons pas de troisième tête et qu’on a cette chance d’avoir accès aux vaccins ».

Toujours est-il que cette initiative a été détournée par quelques internautes vaccinés mais contre le pass sanitaire. « Je suis vaccinée et je respecte ceux/celles qui ne veulent pas ou qui hésitent. La liberté ne doit pas vous être retirée », écrit notamment l’une d’entre elle. Un discours que peine à comprendre Simon. « Pour moi, l’un ne va pas sans l’autre. On se vaccine, on se pass sanitarise. ».

Portrait de Julia Neuville

Vous aimerez aussi

Fin juillet, la receleuse de la CPAM a été condamnée à 18 mois de prison. Les faits qui lui sont reprochés ? Avoir vendu des attestations vaccinales...

Quel est l’impact de la crise sanitaire en 2020 ? C’est la question à laquelle l’Assurance Maladie a tenté de répondre ce 29 juillet.

Jeter l’éponge pour briser les tabous. La gymnaste américaine Simone Biles a fait les gros titres en déclarant forfait pour l’épreuve collective des...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.