Internes de Martinique : baisse de salaire de 20% ?

La publication du décret du 15 septembre sur les sur-rémunérations des internes a inquiété nombre d'internes de Martinique, qui craignent de perdre 20% de leur salaire. L'ARS néanmoins tient à les rassurer. 

Comme nous l’avions annoncé, un décret avalise la sur-rémunération des étudiants en médecine d’Outre-Mer. Publié le 15 septembre dernier, ce décret pose que les internes « en Guadeloupe, en Martinique, à Saint-Barthélemy ou à Saint-Martin » ont droit à une sur-rémunération de 20% et les internes de Guyane, Réunion, Mayotte et Saint-Pierre-et-Miquelon seront augmentés de 40%. Par ailleurs, stipulait le décret, les prix des billets pour l’installation et lors de leur retour après affectation, pour les internes venant de métropole, seront pris en charge et remboursés « sur la base du prix du voyage par avion en classe économique ». Tout va pour le mieux et ledit décret semble formaliser une situation qui avait cours depuis plusieurs années, à l’exception de ce qui s’est déroulé au Chu de la Réunion en 2018, où la direction avait décidé de ne plus payer cette sur-rémunération pour ses internes. 
Mais, à y regarder de plus près, ce décret a inquiété les internes martiniquais, dont les conditions de travail sont loin d’être paradisiaques, comme ils nous l’ont expliqué. En effet, des responsables de syndicats étudiants nous ont contacté pour nous annoncer qu’avant la publication dudit décret, les internes en Martinique étaient sur-rémunérés de 40%… et non de 20% comme annoncé dans le décret. 
Un interne en Martinique nous annonçait  qu’il faut signaler « cette baisse de salaire alors même qu'actuellement les Antilles ont déclenché le plan blanc, et que les 3 unités covid sont déjà pleines ainsi que les rea ».
Contacté par WUD, l’ARS Martinique nous a expliqué la raison pour laquelle, selon elle, le calcul de la sur-rémunération des internes différait entre les estimations des internes et la formulation du décret. « Dans le décret, il est question de 20% net. Alors que les internes parlent d’une sur-rémunération brute de 40%. Ce qui équivaut, en net, à 20% », nous a expliqué un responsable de l’ARS Martinique. Une explication qui laisse sceptique des responsable du bureau des internes de Caraïbes, qui se sont fendus d’une lettre aux autorités compétentes. Contacté hier par WUD, un responsable des internes des caraïbes nous affirmait n’avoir pas reçu de réponses « concernant cette distinction ». Tout en ajoutant que « le ministère a confirmé que la prime de vie chère n’était pas réglementaire […] ». La réponse exacte aux inquiétudes des internes de Martinique sera inscrite sur leur feuille de paie, à la fin du mois.

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.