Faute de médecins français, la Guyane va recruter à... Cuba

Le président de la Collectivité territoriale de Guyane a entamé des pourparlers avec les autorités cubaines pour faire venir en Guyane une centaine de médecins cubains. 

Aussi étonnant cela puisse-t-il paraitre la France devrait recruter des médecins… à Cuba. Plus précisément, il s’agit de la Guyane, nous apprend une dépêche de l’AFP, reprise par la presse locale guyanaise. Face à une grave pénurie de médecins, le président de la Collectivité territoriale de Guyane Rodolphe Alexandre a débuté des discussions avec les autorités cubaines pour « importer » des médecins cubains, au nombre d’une centaine. Cuba s’est fait une spécialité de la « diplomatie sanitaire », qui consiste à envoyer ses personnels médicaux travailler à l’international. Ils sont actuellement présents dans 67 pays, et représentent la principale source de revenus de l’ile, avec 11 milliards de dollars de recette annuelle. 

Contacté par whats’s up doc, la directrice générale de l’agence régionale de santé de Guyane, Clara De Bort, a confirmé ses informations. « La Guyane connaît une densité médicale encore bien inférieure à la moyenne nationale, c’est la raison pour laquelle nous développons une politique d’attractivité et de fidélisation très offensive », nous a-t-elle confirmé. 

Ordonnance de 2005

La possible collaboration avec des médecins cubains est rendue possible grâce à une ordonnance de 2005. « Pour soutenir ces efforts et tenir compte de l’éloignement géographique de l’Europe continentale, la Guyane bénéficie depuis 2005 d’une ordonnance qui lui permet à titre dérogatoire de recruter des médecins diplômés hors Union européenne », a précisé Clara De Bort. Mais c’est à l’ordre des médecins de Guyane de procéder à l’inscription des médecins et de vérifier les compétences, à la fois médicales et linguisitiques. « Ces médecins sont séniorisés et sont incités à s’inscrire dans un parcours de formation et de reconnaissance dans le cadre de la PAE », ajoute la directrice de l’ARS Guyane. 

Cette probable collaboration pourrait être rendue possible du fait de la fin du programme de collaboration entre Cuba et le Brésil, en matière sanitaire. « Le retrait par Cuba de ses médecins installés au Brésil ouvrirait semble-t-il des opportunités de recrutement complémentaires. Si cela devait se confirmer, de tels recrutements devraient nécessairement passer par les mêmes procédures que celles appliquées depuis 2005, c’est-à-donner lieu a un examen de chaque situation individuelle assuré par l’Ordre lors de la demande d’enregistrement des candidats », ajoute Clara De Bort. Rodolphe Alexandre devrait se rendre à Cuba en avril prochain pour confirmer ou infirmer cette collaboration. 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.