Est-ce le « climat de terreur » à l’Hôpital américain qui est en cause dans le suicide d’un anesthésiste ?

Article Article

Une nouvelle plainte mettant en cause les pratiques managériales de l'Hôpital américain de Paris dans le suicide d'un médecin en 2020 a été déposée en décembre après le classement d'une enquête préliminaire.

Est-ce le « climat de terreur » à l’Hôpital américain qui est en cause dans le suicide d’un anesthésiste ?

L'Hôpital américain à Neuilly.

© Wikipédia

Cette plainte contre X avec constitution de partie civile a été déposée à Nanterre (Hauts-de-Seine) par la famille du médecin le 13 décembre pour harcèlement moral et homicide involontaire. Cette procédure permet quasi systématiquement d'obtenir la désignation d'un juge d'instruction pour enquêter.

L'hôpital américain, situé à Neuilly-sur-Seine en banlieue parisienne et renommé pour accueillir stars, chefs d'Etat et dignitaires étrangers, n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

Le 16 février 2020, un anesthésiste est retrouvé mort dans une forêt du Val-d'Oise. Avant de passer à l'acte, ce père de famille écrit un message à son épouse la priant de "profiter de la vie". Il s'est ôté la sienne en s'injectant une dose létale d'un produit utilisé en anesthésie. Il avait 49 ans.

« L’enquête a démontré que ce suicide était lié au mode de management dysfonctionnel de l’hôpital américain »

En juin 2020, son épouse porte plainte pour harcèlement moral, évoquant la pression subie par son mari à l'Hôpital américain.

Après une quinzaine d'auditions, l'enquête préliminaire est classée sans suite en octobre 2021. Si l'anesthésiste a exercé dans des "conditions (...) difficiles", le parquet de Nanterre estime que les investigations "n'ont pas permis de caractériser en tous ses éléments l'infraction de harcèlement moral ni une autre infraction pénale".

Joint par l'AFP, Benjamin Bohbot, avocat de la famille, soutient le contraire : "ce classement est incompréhensible, l'enquête a démontré que ce suicide était lié au mode de management complètement dysfonctionnel de l'Hôpital américain".

Dans leurs auditions que l'AFP a pu consulter, plusieurs médecins ont déploré la dégradation de leurs conditions de travail depuis un changement d'équipe de direction en 2018.

« C’est un vrai champ de mines où on passe notre temps à éviter des bombes »

"J'ai l'impression qu'on est passé de la démocratie à un régime totalitaire", dit l'un d'entre eux, dépeignant un "climat de terreur". C'est "un vrai champ de mines où on passe notre temps à éviter des bombes. On est surveillés, épiés de partout", affirme un autre.

Un représentant de la communauté médicale a aussi expliqué avoir alerté la direction, par email en décembre 2019, sur une "situation (...) délétère" au sein du pôle anesthésie-réanimation.

Interrogé en audition libre, un directeur de l'hôpital a fait valoir qu'il n'y avait pas de hiérarchie "nette" avec ces médecins, dotés d'un statut libéral, et assuré n'avoir reçu aucune alerte concernant le mal-être du défunt, un "excellent professionnel".

Après le drame, une commission interne a conclu à "l'absence de contentieux identifiable" entre l'anesthésiste et la direction.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/un-chirurgien-de-31-ans-retrouve-mort-dans-une-chambre-de-linternat-du-chru-de-tours

Me Bohbot espère qu'une ouverture d'information judiciaire permettra notamment "l'audition des personnes ayant présidé cette commission, dont deux des membres ont rejoint l'hôpital quelques mois après avoir rendu leur rapport".

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers