En déclarant que les médecins font du pognon grâce au Covid19, le Pr Perronne crée le scandale

Dans l'émission radio d'André Bercoff, le Pr Perronne affirme que les médecins se font de l'argent en prenant en charge des patients Covid. Ces affirmations ont suscité l'indignation générale dans la profession. 

Le professeur Christian Perronne, chef de service en maladies infectieuses au centre hospitalier Raymond Poincaré (Garches), après avoir créé la polémique suite à la sortie de son pamphlet*, a de nouveau suscité un scandale, le 14 octobre dernier. invité par André Bercoff dans son émission sur Sud Radio, le Pr Perronne, par ailleurs fervent défenseur du traitement à base de d'hydroxychloroquine contre la Covid19, a affirmé que les services hospitaliers ainsi que les médecins généralistes touchaient plus d’argent pour des patients Covid19 que pour n’importe quel autre patient.

"Je pense pas qu'en France les médecins sont tout à fait honnêtes"

Pour les patients hospitalisés, « l’hospitalisation va être mise sur le compte du covid et c’est le jackpot pour les hôpitaux et les services ». En médecine générale, selon le Pr Perronne, ce serait la même tambouille : « Un médecin généraliste qui déclare un test covid+ chez l’un de ses patients, il touche de l’argent, en plus de la consultation. Il a intérêt à faire beaucoup de tests et comme on donne beaucoup de faux positifs, il va gagner de l’argent c’est de l’incitation à multiplier les tests pour rien ! »
Le Pr Perronne va même jusqu’à affirmer qu’un patient qui décède pour un cancer en établissement de santé sera déclaré Covid+ pour des raisons pécuniaires : « À l’hôpital c’est pareil, quelqu’un qui vient à l’hôpital pour un cancer en phase terminale, il va mourir au nom du Covid, et pas au nom de son cancer. Je le sais, j’ai des témoignages je ne dénoncerai personne. » Le Pr Perronne a même l’indélicatesse d’ajouter : « Je pense pas qu’en France les médecins sont tout à fait honnêtes et ne le font pas. »
La course à la prime Covid ne concernerait pas seulement la France mais aussi l’Europe : « Dans d’autres pays européens, il y a des primes de l’Union européenne au cas Covid, vous gagnez de l argent. »  Les services de réanimation, pour bénéficier de plus de moyens en termes de personnels par exemple, aurait aussi tendance à garder plus longtemps les patients Covid19 : « Dans les services de réanimation, on les prend plus tôt qu’avant, il les garde longtemps car avoir des malades covid dans son service c’est le jackpot, il a plus d’infirmières, il a plus de moyens. » Et de conclure : « Tout ça, c’est de la manipulation de chiffres et je trouve cela très inquiétant. »

Problème : en termes de données chiffrées et de documents, le Pr Perronne n’a rien produit pour étayer ses thèses. Il a surtout suscité l’indignation chez ses confrères, tel le Dr Jérome Marty, qui a jugé ses propos « abjects, méprisantes, déshonorants, et dégueulasses à l’égard de ses consîœurs et confrères qu’ils soient hospitaliers ou médecins de ville ». Et d’ajouter : « On ne peut pas laisser faire, on ne peut pas laisser insulter une profession, qui n’a jamais démérité, qui depuis que la Covid est arrivée sur notre territoires, a fait face dans des conditions parfois extrêmement difficiles, […] qui a dans ses rangs un nombre non négligeables de décès dus à la maladie, donc ces insultes proférées par un professeur ne sont absolument pas acceptables, elles sont inadmissibles et l’UFMLS ne laissera pas faire, je le dis très calmement. » Le Dr Jérome Marty ne précise pas pour autant s’il compte aller en justice ou pas, pour laver l’honneur des médecins.

* Y a-t-il une erreur qu'ils n'ont pas commise ? Christian Perronne. Albin Michel.

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Suite à sa condamnation de l'initiative prise par le Collectif Globule noir d'établir des listes de soignants noirs, le Conseil national de l'Ordre...
Un risque à ne pas négliger
La troupe du RIRE interpelle sur le risque d'influence par l'industrie pharmaceutique

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.