ECNi tests : l’Uness n’est pas encore prête à assumer

Bug ECNi test organisés par l'Uness
Des ralentissements ont perturbé les premiers entraînements aux ECNi 2019

L’Anemf signale des dysfonctionnements lors des entraînements aux ECNi tests dans la région « Grand Ouest ». À un peu moins de deux mois de la première grosse échéance de DFASM3, le syndicat étudiant s’inquiète.
 

Quand le spectre des ECNi 2017 ressurgit, l’Association nationale des étudiants en médecine de France (Anemf) ne laisse rien passer. Le 14 janvier, alors que des épreuves d’ECNi d’entraînement étaient organisées dans les facs de Rennes, Brest, Poitiers, Nantes, Tours et Angers, les étudiants ont fait remonter des dysfonctionnements, les « empêchant de composer dans de bonnes conditions », rapporte l’Anemf dans un communiqué.
 
Il s’agirait de problèmes de chargement sur les supports numériques utilisés lors des épreuves, qui ont provoqué des ralentissements. Heureusement, il ne s’agissait que d’un entrainement local, destiné à prendre en main la tablette et la nature de l’examen dans des conditions réelles. Les ECNI tests nationales auront lieu début mars.
 
L’Anemf aux aguets
 
Si l’Anemf s’inquiète, c’est parce que les ECNi tests ne sont plus organisés par le Centre national de gestion (CNG), qui reste pourtant en charge des ECNi. C’est l’Université numérique en santé et sports (Uness) qui a pris le relai depuis cette année, via la plateforme Sides.
 
L’Anemf s’était opposée à ce changement, justifiant que la bonne tenue des examens était désormais sécurisée, et que le changement allait être difficile à assumer, avec plus de 8000 connexions. « Les épreuves tests de janvier seront scrutées avec une attention particulière afin de s’assurer de la tenue d’ECNi d’entraînements dans de bonnes conditions », avaient alors prévenu les étudiants.
 
Ils sont venus, ils ont vu, et ils sévissent désormais : « L’Anemf demande à ce que les causes des problèmes survenus aujourd’hui soient identifiées et résolues en amont des tests, et attend de l’UNESS qu’elle tienne ses engagements ! »
 

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

burnout paces externat études médecine
Une méta-analyse française suggère que dans le monde, 44,2 % des étudiants en médecine sont victimes d’un burn-out avant l’internat. Les Français,...
Pour faire comme tout le monde ou pour de bonnes raisons ?
Avec la R3C, le post-internat devrait retrouver sa raison d’être : une expérience qui renforce la cohérence d’un projet professionnel. Mais faut-il...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.