Dans le Haut-Rhin, trois Ehpad du groupe Bridge placés sous administration provisoire pour "dysfonctionnements" graves

Article Article

Cette décision fait suite à des inspections menées par l’ARS et le conseil départemental.

Dans le Haut-Rhin, trois Ehpad du groupe Bridge placés sous administration provisoire pour "dysfonctionnements" graves

Trois Ehpad du groupe Bridge dans le Haut-Rhin ont été placés sous administration provisoire après des inspections menées par l’ARS et le conseil départemental, qui ont a révélé des "dysfonctionnements" mettant "en danger" les résidents. Plusieurs missions d'inspection ont été menées entre mai 2022 et août 2023 dans les Ehpad « Les Fontaines » des communes de Lutterbach, Kembs et Horbourg-Wihr, qui accueillent 214 résidents au total et étaient jusqu'ici gérés par la société « Les Fontaines Ehpad », dont le groupe Bridge, présidé par Charles Mémoune, est l'unique actionnaire.

Sollicités, les directeurs des trois établissements n'ont fait aucun commentaire. La direction du groupe Bridge, elle, évoque des "difficultés de recrutement et de présence du personnel". "Nous avons mis en place un plan de recrutement, mais ce n'est pas simple", indique la direction, tout en assurant que "les choses avancent dans le bon sens".

La société Bridge déjà mise en cause

Diego Calabro, directeur général de la Fondation de la maison du diaconat de Mulhouse, a été nommé administrateur provisoire pour six mois, renouvelables une fois. Sa mission vise à "instaurer les conditions humaines et matérielles permettant de préserver de manière pérenne la qualité des soins et de l'accompagnement" dans les trois Ehpad, a précisé l'ARS.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/covid-ou-pas-les-ehpad-nauront-plus-le-droit-de-cloitrer-leurs-residents-le-gouvernement

En mai 2022, l'Ehpad résidence Flore de Saint-Agnan (Yonne), appartenant également au groupe Bridge, avait déjà été placé sous administration provisoire, l'ARS de Bourgogne-Franche-Comté évoquant "un grand nombre de dysfonctionnements" mettant "gravement en danger la santé et la sécurité des personnes accueillies". De même, en mars 2022, l'Ehpad du groupe Bridge Les Opalines aux Moutiers-en-Cinglais (Calvados) avait fait l'objet d'une interdiction d'accueillir de nouveaux résidents pendants six mois. Le tribunal administratif avait observé que le manque de personnel ne permettait pas "d'assurer une prise en charge satisfaisante des résidents lors des toilettes, des repas et des couchers". 

Avec l'AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers