Cul sec : un Président devrait-il faire ça ?

Article Article

Le Président de la République a saisi l’occasion des célébrations de la victoire du Stade Toulousain en finale du Top 14 pour boire, sous les regards des caméras, une bouteille de Corona cul sec dans les vestiaires de l’équipe gagnante, sous les encouragements des joueurs qui scandaient, gaillards, « glou glou glou ». 

Cul sec : un Président devrait-il faire ça ?

Emmanuel Macron vide une Corona cul sec.

© Captures

Anonymes, politiques et médecins se sont emparés de cette vidéo pour commenter l'attitude du chef de l'État. Égale à elle-même, la députée écologiste Sandrine Rousseau a dénoncé « la masculinité toxique dans le leadership politique », mais la plupart des remontrances se sont concentrées sur le « mauvais exemple » qu'Emmanuel Macron donne ici en matière de tempérance et de santé publique. 

Un cas typique de « situation d'émulation virile où on boit tous un peu beaucoup »

Le député et porte-parole du groupe PS à l'Assemblée nationale, Arthur Delaporte, s'indigne ainsi : « un président de la République ne devrait pas faire ça », après « 50 ans de politiques de santé publique contre la consommation excessive d'alcool, le binge drinking... le message passé n'est clairement pas le bon. » Rappelons que selon la Haute autorité de santé (HAS), le binge drinking (une cuite en bon français !) peut être défini comme la consommation d'au moins six verres d'alcool en une occasion (soit 60 g d'alcool pur, ce qui n'est pas le cas ici, une Corona contenant environ 13 g d'alcool pur). Il est donc incorrect d'affirmer que le président de la République a « binge drinké » dans les vestiaires du Stade Toulousain, étant donné qu'il n'a bu qu'une seule bière cul sec. 

Le docteur Bernard Basset, président de l'association Addictions France, n'en est pas moins convaincu du caractère contre-productif de ces images. Selon lui, elles affaiblissent le travail de prévention contre la consommation excessive d'alcool. « Le président de la République a une valeur d'exemple en matière de comportements de santé », pense-t-il sur BFM TV. Il considère également que le contexte de cette vidéo est typique de situations dangereuses. « En l'occurrence, il associe le sport, la fête et la consommation d'alcool dans une situation d'émulation virile où on boit tous un peu beaucoup. Il banalise des situations qui encouragent à boire, et, pour nous, c'est totalement négatif », juge-t-il. 

Invité de RTL ce lundi, l'addictologue William Lowenstein enfonce le clou : « Le côté festif 'Et glou et glou et glou' est quand même un peu puéril ». « Dans ces cas-là, ce n'est pas la peine de faire des campagnes en disant de faire attention à l'alcool si on dit que tout le monde doit être bourré à une fête, le 31 décembre ou à un anniversaire. Je ne pense pas que pour être un homme, il faille faire cul-sec. Ce n'est pas ça qui fait la hauteur d'un être humain ». 

De la Corona cul sec à « n’emmerdez pas les Français » : le petit Macron illustré

Bernard Basset souligne qu'il n'est « pas surpris » car le président de la République aurait, selon lui, « l'habitude de faire une promotion insidieuse de l'alcool ». Il s’est notamment vanté de boire du vin tous les midis et tous les soirs et a considéré « qu'un repas sans vin, c'est un peu triste ». On se rappelle en effet ses relations avec le lobby du vin « Vin et société » dont l'ancienne patronne, Audrey Bourelleau, a été sa conseillère agriculture pendant deux ans. Point d’orgue de cette défense de l’alcool à la Française, en février 2018, lorsqu’il avait fait avaler son chapeau à son ministre de la santé Agnès Buzyn qui souhaitait remplacer la formule « l’abus d’alcool est dangereux pour la santé » par « l’alcool est dangereux pour la santé ». « N’emmerdez pas les Français » avait-il alors élégamment retorqué paraphrasant son prédécesseur Georges Pompidou. 

Dans les pas de Jacques Chirac 

Comme à leur habitude, les anonymes des réseaux sociaux balancent entre les deux extrêmes. « Quel bel exemple pour la jeunesse, pour la fonction de président, pour la France... il est incroyable », écrit l'un d'eux. « Comment peut-on être pris au sérieux dans le monde ? », ajoute un autre. « Le mec, il se fait siffler par le stade entier, mais il va faire le kéké avec les vainqueurs... Pitoyable ! », assène un dernier, rappelant que le chef de l'État a été brièvement sifflé à son entrée sur la pelouse du Stade de France, samedi, avant la finale. 

Pour d'autres, la polémique n'a pas lieu d'être : « Insupportable ces critiques, on n'a plus le droit de vivre », observe un utilisateur de Twitter. « Polémique à 2 sous. Comme s'il n'y avait rien d'autre à dire », fustige un autre. « Le bal des pisse-froid est lancé », regrette-t-on encore. « Plutôt sympa », observe un dernier, qui voit le président « comme Chirac en plus petit joueur ».

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/votre-sante-une-video-pour-rappeler-une-evidence-alcool-et-bonne-sante-nont-rien-voir

Rappelons en effet que Jacques Chirac, en une matinée au Salon de l'Agriculture, avait pour habitude de boire, cul sec, plusieurs demis de bière et verres de vin sans que cela n'émeuve outre mesure, voire en suscitant l’admiration des commentateurs. 

Frédéric Haroche
Découvrez le JIM 

Par JIM
0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers