Covid : l’obligation vaccinale des soignants est juste suspendue, pas abrogée, les députés ont tranché

Article Article

Simplement suspendre, et non supprimer : les députés ont voté ce 12 avril en commission contre une abrogation de l'obligation pour les soignants de se vacciner contre le Covid, alors que le gouvernement a prévu de lever l'obligation mais de conserver l'outil au cas où.

Covid : l’obligation vaccinale des soignants est juste suspendue, pas abrogée, les députés ont tranché

© IStock

Les parlementaires ont rejeté en commission des Affaires sociales un à un les articles d'une proposition de loi du groupe communiste qui visait à revenir sur cette obligation en vigueur depuis 18 mois, et permettre la réintégration rapide des professionnels.

Le texte sera néanmoins au menu de l'Assemblée le 4 mai, dans le cadre d'une journée dont l'ordre du jour est fixé par les communistes.

"La pandémie nous a séparés, clivés" et "il est de notre responsabilité de législateur de favoriser l'apaisement", a défendu son auteur, Jean-Victor Castor, élu de Guyane. Il invoque le fait que l'obligation vaccinale a eu des "effets dévastateurs" en outre-mer où les réticences sont plus fortes.

La HAS a elle-même recommandé le 30 mars de "lever l'obligation de vaccination" contre le Covid pour les soignants, et le ministre de la Santé François Braun a indiqué qu'il suivrait cet avis, par un prochain décret.

Le ministre a promis de "concerter les fédérations hospitalières et les ordres des professions de santé" en vue de la réintégration des professionnels, autour de 0,3% des agents hospitaliers et moins de 2 000 chez les libéraux.

Le PCF voulait abroger et pas seulement suspendre l’obligation vaccinale

"C'est la voie de la raison", a appuyé en commission le député Renaissance Jean-François Rousset.

Jean-Victor Castor a voulu maintenir sa proposition de loi car le décret à venir "ne ferait que suspendre, (et) non abroger" l'obligation vaccinale.

Dans un climat parfois tendu, toutes les oppositions ont soutenu son texte, hormis les socialistes qui se sont abstenus.

Eric Alauzet (Renaissance) a dénoncé un texte "d’affichage", Frédéric Valletoux (Horizons) un "populisme malsain" au "pays de Pasteur".

Pierre Dharréville (PCF) a lui pointé du doigt un "faux débat" entre "le camp du bien" et "le camp du mal".

Le rapport de forces a viré en faveur de la majorité présidentielle, qui a fait voter des amendements de suppression de chaque article du texte.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/les-10-objectifs-2023-de-francois-braun-pour-lavenir-du-systeme-de-sante-cest-parti

Les communistes avaient remis le sujet sur la table, après des débats houleux en novembre dernier en séance lors d'une "niche" LFI. Le camp présidentiel avait fait un barrage d'amendements pour empêcher la mise au vote d'une proposition similaire.

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers