Covid-19 : Face au nouveau variant, la campagne de vaccination pourrait être avancée mais le retour de l’obligation vaccinale pour les soignants est écarté

Article Article

La découverte du nouveau variant BA.2.86 en France pourrait inciter le gouvernement à avancer la vaccination. 

Covid-19 : Face au nouveau variant, la campagne de vaccination pourrait être avancée mais le retour de l’obligation vaccinale pour les soignants est écarté

La nouvelle campagne de vaccination contre le Covid-19, qui doit démarrer le 17 octobre, pourrait être avancée si l'épidémie s'accélérait, a déclaré mardi 5 septembre le ministre de la Santé Aurélien Rousseau, tout en excluant à ce stade tout durcissement du protocole sanitaire.

Un nouveau variant, BA.2.86, membre de la famille Omicron, a été détecté pour la première fois en France et est surveillé attentivement par l'OMS en raison du très grand nombre de mutations le rendant susceptible d'évoluer de façon plus importante et de se répandre plus facilement, selon le Covars. "Comme il y a de nouveaux variants, on se tient prêt à accélérer si besoin la campagne de vaccination", qui sera couplée comme l'an dernier à celle contre la grippe, a déclaré Aurélien Rousseau sur France 2. L'Angleterre a annoncé fin août qu'elle avançait par précaution sa campagne de vaccination contre le Covid au 11 septembre.

Pas de retour de l’obligation vaccinale pour les soignants  

Pour Aurélien Rousseau, le retour du Covid "n'est pas inquiétant particulièrement". "On n'a pas à changer nos comportements", mais à retrouver des réflexes passés, a-t-il souligné. "On n'a pas prévu à date de redurcir le protocole mais je pense que ça passe par la responsabilisation de chacun", a indiqué le ministre de la Santé.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/le-nouveau-vaccin-covid-comirnaty-de-pfizer-ciblant-omicron-xbb15-vient-detre-approuve

Un retour de la vaccination obligatoire pour le personnel soignant n’est pas d'actualité. "Aujourd'hui, on se plie à l'avis de la Haute autorité de santé qui est notre boussole" et qui avait recommandé en mars de lever l'obligation vaccinale pour les soignants, a-t-il dit. "Si jamais l'intensité de la circulation épidémique s'accentuait, on solliciterait à nouveau un avis de la HAS" mais "pour l’instant cette vaccination est fortement recommandée et on en reste là".

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers