Contre les déserts médicaux, « le compte n'y est pas », jugent des députés MoDem et un rapport sénatorial

« Le compte n'y est pas » dans la lutte contre les déserts médicaux, ont estimé des députés MoDem mercredi, pendant qu'un rapport sénatorial appelle à mieux associer les élus locaux et les collectivités.

Deux offensives parlementaires pour fustiger le manque de volontarisme de l'exécutif face aux déserts médicaux. Face à la pénurie, « on en est à proposer à des professionnels de santé de rester jusqu'à 72 ans en cumulant emploi et retraite. C'est bien qu'il y a un échec total dans l'accès aux soins », a lancé le député Philippe Vigier, lors d'un point presse du MoDem sur le budget de la Sécurité sociale.

« Il y a une faillite au départ dans la prospective » pour trouver une « adéquation entre les professionnels de santé qui partent et ceux qui sortent des facs. On a fait des choses pour que le numerus clausus soit ouvert plus qu'il ne l'est, mais ça ne suffira pas », estime cet élu d'Eure-et-Loir.

« On a pris des mesures importantes à moyen terme mais on a cinq ou dix ans difficiles devant nous », nuance son collègue Cyrille Isaac Sibille. Le groupe MoDem, membre de la majorité, plaide notamment pour expérimenter, sans ordonnance, l'accès direct à certains professionnels comme les kinés ou les orthophonistes.

Rendu public mercredi, un rapport sénatorial décrit de son côté une « fracture territoriale »: « non seulement l'État ne remplit pas sa mission de garant de l'équité territoriale en matière de santé, mais il n'est pas toujours facilitateur des projets locaux et impose des contraintes inutiles ».

L'État « doit faire plus et mieux », soulignent les rapporteurs Philippe Mouiller (LR, Deux-Sèvres) et Patricia Schillinger (LREM, Haut-Rhin), de la délégation sénatoriale aux Collectivités territoriales.

D'une manière générale, ces deux parlementaires soulignent « la nécessité d'adopter une vision stratégique nationale en étroite concertation avec les collectivités » qui se sont retrouvées en première ligne pendant la crise sanitaire.

Ils souhaitent une concertation « plus approfondie avec les grandes associations d'élus locaux » afin qu'elles « participent à la mise en œuvre et à l'évaluation régulière de cette stratégie nationale ».

Les rapporteurs font état des critiques sévères adressées par les collectivités aux agences régionales de santé (ARS) pendant la crise sanitaire, pointant « un défaut d'accompagnement et de conseil ».

« Les délégations départementales, censées rapprocher la gestion des ARS du terrain, ne jouent pas suffisamment le rôle de proximité escompté eu égard à leur périmètre d'intervention limité et à leur faible capacité d'expertise et d'accompagnement des élus », soulignent les auteurs.

Ils proposent donc de « renforcer le rôle facilitateur de l'ARS à l'égard des élus locaux » afin de « mieux associer les collectivités territoriales à la politique de santé menée » par ces agences.

Le rapport préconise également « une réflexion commune État-collectivités territoriales sur les risques de compétition entre les territoires » et s'interroge sur « l'opportunité de renforcer les dispositifs d'incitation, voire d'adopter des mesures coercitives aménageant le principe de liberté d'installation » des médecins.

Avec AFP

Portrait de La rédac'

Vous aimerez aussi

Deux syndicats ont appelé vendredi les médecins coordonnateurs des maisons de retraite à refuser d'administrer la 3e dose de vaccin anti-Covid aux...

Dans le cimetière de Thiais, au sud de la capitale française, des familles ont rendu hommage samedi à leurs proches qui avaient fait don de leur...

Psychiatres, psychologues, orthophonistes, éducateurs... Quelques centaines de professionnels ont manifesté jeudi devant le ministère de la Santé à...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.