Conseil de surveillance de l’AP-HP : des mesures d’attractivité pour favoriser le recrutement et la fidélisation des paramédicaux

Lors du dernier conseil de surveillance de l’AP-HP qui s’est tenu le 18 octobre 2019, des mesures d’attractivité ont été proposées pour favoriser le recrutement et la fidélisation des professionnels paramédicaux. Une motion a également été adoptée.
 

Les personnels hospitaliers de l’AP-HP en grève sont « légitimement en colère » a déclaré la présidente du conseil de surveillance (CS) de l’AP-HP, Anne Hidalgo, lors du CS de l’AP-HP qui s’est tenu le 18 octobre 2019. Selon elle, si l’organisation peut être repensée, « le problème premier réside dans le manque de moyens dont souffre l’hôpital public. Il faut trouver ces moyens et sauver les urgences, sauver le service public hospitalier ».
 
À propos du coût du logement dans la capitale, la maire de Paris a indiqué avoir « conscience que le problème du logement est crucial pour celles et ceux qui travaillent dans les hôpitaux parisiens. Nous y travaillons déjà avec l’AP-HP et nous nous engageons à accentuer nos efforts dans ce domaine ». Par ailleurs, l’AP-HP et la Ville de Paris se sont engagés à mettre à disposition 500 logements du parc social de la Ville de Paris de manière prioritaire aux agents de l’AP-HP ayant fait une demande de logement.
 
La question du logement est en effet problématique pour les paramédicaux qui travaillent à Paris. À l’image de cette jeune infirmière en réanimation, qui a déclaré lors de la 1ère assemblée générale du collectif Inter-Hôpitaux le 10 octobre qu’elle vivait dans une chambre de garde à Paris depuis un an, incapable de se loger dans la capitale avec son salaire.

Toujours dans ce contexte de mobilisation, Aurélien Rousseau, directeur général de l’ARS Île-de-France (lire son interview sur l'annulation de la procédure de choix des internes francilien) a présenté lors du CS de l’AP-HP différentes mesures de soutien à l’AP-HP. Objectif : identifier les métiers en tension et à quantifier le turnover subi par les hôpitaux franciliens.
 
Selon Aurélien Rousseau, les mesures d’attractivité suivantes seront mises en œuvre pour favoriser le recrutement et la fidélisation des professionnels paramédicaux :
- La création de Primes d’Engagement dans la Carrière Hospitalière (PECH) pour les professionnels paramédicaux nouvellement diplômés ;
- Le développement de contrats d’allocation d’études (CAE) ;
- L’ouverture du contrat d’engagement, prévu par le décret du 9 mai 2017 aux IBODE, manipulateurs radio, orthophonistes et masseurs kinésithérapeutes (environ 500 concernés à l’AP-HP).
 
En ce qui concerne la rémunération, l’ensemble des professionnels non médicaux exerçant à titre permanent dans un SAU ou un SMUR ont déjà perçu dès juillet 2019 la nouvelle indemnité forfaitaire de risques, d’un montant de 100€ nets mensuels, rappelle le communiqué de l’AP-HP daté du 23 octobre.

Déploiement du projet « zéro brancards »

Et d’ajouter que les agents des hôpitaux ayant signé un protocole de sortie de grève, bénéficient du versement de l’indemnité pour travaux dangereux dont le montant a été revalorisé à l’AP-HP à 56 euros nets pour 20 jours travaillés. Les personnels engagés (cela concerne aussi les médecins) dans des protocoles de coopération* recevront également une prime de 100 euros brut.
 
Autre point important : le directeur général de l’ARS Île-de-France a annoncé le déploiement du projet « zéro brancards » (chiffrage prévisionnel pour l’AP-HP = 10M€, en attente de déblocage national). Le premier contrat régional sera signé en Ile-de-France avec l’hôpital Bicêtre, en parallèle de l’ouverture d’une unité gériatrique aigüe de 22 lits, d’ici quelques semaines.
 
Au niveau du renforcement des effectifs dans les SAU de l’AP-HP, il a été acté que l’évolution annuelle des effectifs par SAU serait évaluée en fonction de l’évolution du nombre de passages enregistrés, stipule le communiqué. 230 équivalents temps plein (ETP) sont progressivement créés pour le personnel infirmier et aide-soignant.

Desserrer la pression budgétaire

Enfin, la motion adoptée par le CS appelle le gouvernement « à des mesures conséquentes pour répondre aux besoins de financement de l’hôpital public qui ne peut plus assumer toutes ses missions dans des conditions acceptables ». Il invite aussi « à desserrer la pression budgétaire sur l’établissement et à revoir les efforts d’économies sur la masse salariale demandés à l’AP-HP. Il souligne la nécessité de mesures d’attractivité pour les personnels de l’AP-HP justifiées en partie par les spécificités du territoire métropolitain ».
 
Et de conclure : « L’accélération de la refonte du système de tarification et la fixation d’un Ondam compatible avec les besoins des hôpitaux sont dans ce cadre une priorité pour assurer toutes les missions du service public hospitalier. ».

*Les protocoles de coopération, selon l’arrêté du 6 septembre 2019 fixant le montant de la prime de coopération instituée par le décret n° 2019-934 du 6 septembre 2019 portant attribution d'une prime de coopération à certains professionnels de santé exerçant dans le cadre des protocoles de coopération, donnent le droit à une prime de 100 euros brut.

Portrait de Julien Moschetti

Vous aimerez aussi

Une fois n’est pas coutume, le SML et la CSMF partagent des inquiétudes similaires sur le projet de réforme des retraites. Si les deux syndicats se...
Un patient est décèdé après avoir attendu aux urgences au CHU d’Angers. Le collectif Inter-urgences conteste la version des faits de l’établissement...

La loi bioéthique a été adoptée en deuxième lecture par l’Assemblée Nationale, dans la nuit du vendredi 31 au samedi 1er août. Elle sera présentée en...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.