Cancer : un parcours de soins connecté pour un suivi optimisé 

L’Institut Bergonié (Bordeaux) a mis en place un télésuivi permettant aux patients atteints de cancer de limiter leurs déplacements et aux soignants d’anticiper les difficultés liées au traitement. À la clé : une meilleure qualité de vie et un parcours optimisé.

Améliorer la qualité de vie des patients, anticiper les difficultés liées au traitement, limiter le recours aux urgences… Le programme eDomsanté mis en place par l’Institut Bergonié a plusieurs objectifs. Fruit d’une collaboration avec l’Université canadienne de Laval, il vise à optimiser le parcours de soins des patients atteints de cancer, par le biais d’outils technologiques et de la télémédecine.
 
« À l’origine, EdomSanté a été développé pour les patientes atteintes de cancer du sein métastatique, parfois très fatiguées. Elles habitaient dans les Landes, loin de leur centre de traitement à Bordeaux », explique l’oncologue Nathalie Quenel-Tueux, dans une vidéo de l’Institut.  
 

Coordination hôpital-ville

Ces patientes ont été suivies à distance par le biais de questionnaires médicaux remplis sur une tablette fournie par le centre. Sur la base d’une dizaine de questions, elles ont régulièrement évalué leur état (douleur, sommeil, appétit, moral…), permettant aux soignants de suivre l’évolution des symptômes en temps réel et d’être alertés en cas de difficultés. Les patientes ont aussi porté des montres connectées afin de renseigner les équipes sur d’éventuelles chutes, sur les temps d’alitement… En cas d’alerte, une aide par téléconsultation a été proposée aux patientes. 
 
Toutes les données ont été recueillies par l’infirmière de coordination de l’Institut, sur une plateforme accessible aux médecins de ville. « En cas de problème, nous écrivions aux équipes soignantes qui suivaient la patiente en ville, et nous pouvions ainsi organiser une solution. N’étant pas sur place, il est capital de pouvoir travailler main dans la main avec les collègues de la ville ».
 
Aujourd’hui, l’étude est arrivée à son terme, avec des résultats très encourageants. Toutes les patientes ont rapporté une stabilisation,- voire une amélioration - de leur qualité de vie, alors même que leur maladie évoluait. « On a pu éviter des consultations inutiles au centre, pour des problèmes que nous avons pu traiter à distance avec l’aide de nos confrères de ville ».
 

Aucun recours aux urgences

Par ailleurs, toutes les patientes ayant nécessité une hospitalisation ont pu être directement admises dans un service d’oncologie, sans passer par les urgences. « Faute d’anticipation, les patients nécessitant une hospitalisation ne trouvent pas toujours de place en oncologie et ils sont donc adressés aux urgences. Grâce à ce parcours connecté, on a pu éviter cette situation qui stresse les patients et désorganise les services d’urgences ».
 
Le dispositif va désormais être étendu à plusieurs centaines de patientes souffrant de tumeurs solides en Nouvelle Aquitaine, dans le cancer du sein. La moitié sera suivie selon le modèle classique, par l’oncologue référent ; l’autre bénéficiera du parcours de soins connecté. « Il s’agit de confirmer sur une plus grande base certains résultats, notamment ceux qui démontrent un gain de survie de plusieurs mois. Il y aura aussi un volet médico-économique ».
 
 
 

Portrait de WUD
Par WUD

Vous aimerez aussi

Le service de télémédecine français Qare a noué un partenariat avec le syndicat Jeunes médecins. Objectif : former et donner accès aux adhérents...
Anne, généraliste et téléconseillère à ses heures (pas vraiment) perdues

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.