Cancer du poumon : un logiciel de télésurveillance remboursé !

Le logiciel de télésurveillance médicale MoovCare, qui intègre les données de santé des patients atteints d’un cancer du poumon, est désormais accessible au remboursement. Il sera mis à disposition des patients avant la fin de l’année.

C'est un petit événement dans le monde de la santé. Un logiciel de télésurveillance médicale intégrant les données de santé des patients est désormais accessible au remboursement.
 
La Haute autorité de santé (HAS) a en effet rendu le 9 avril dernier un avis favorable à la prise en charge par l’Assurance maladie de MoovCare. Produit phare de la start-up franco-israélienne Sivan, le logiciel permet de détecter précocement les risques de rechute et de complications chez les patients atteints d’un cancer du poumon, grâce à un questionnaire en ligne. Il est actuellement utilisé dans dix hôpitaux en France, et sera mis à disposition des patients avant la fin de l’année.

Intérêt de santé publique

 La HAS a considéré que le bénéfice clinique apporté par le logiciel était notable et que l’application avait un intérêt de santé publique, en raison de la fréquence et de la gravité du cancer du poumon. Elle a également estimé que la démarche de MoovCare, de type « PRO » (Patient-reported outcome) avait une place dans la stratégie thérapeutique, en tant qu’outil complémentaire à l’arsenal existant pour la surveillance des patients atteints d’un cancer du poumon.
 
Les études cliniques ont en effet démontré que les utilisateurs de l’application vivent en moyenne 7,6 mois de plus que les patients bénéficiant du suivi classique comprenant des consultations et scanners réguliers. À 24 mois, la moitié des utilisateurs de l’application sont en vie contre un tiers des patients réalisant un scanner tous les 3 mois.
 
Comment le logiciel fonctionne t-il concrètement ? Chaque semaine, il envoie au patient un email qui lui permet d’accéder directement à un questionnaire à remplir sur ordinateur, smartphone ou tablette. Il contient un algorithme qui permet d’analyser l’évolution des symptômes. Puis il traite les réponses renseignées par le patient dans le questionnaire en ligne. Si une anomalie est détectée, une alerte est envoyée au médecin référent, qui adapte la conduite à tenir et décide du suivi à accorder à ces alertes.
 
Grâce aux données recueillies par le logiciel, le médecin peut orienter l’interrogatoire et l’examen clinique à chaque consultation, en fonction des symptômes renseignés par le patient. La personnalisation du suivi est ainsi renforcée.
 
« La détection précoce des rechutes permet de réagir plus rapidement, de mieux adapter l’intervention du médecin à l’évolution clinique du patient et à terme d’éviter des hospitalisations, ce qui pourrait améliorer l’efficience de notre système de soins », résume Daniel Israël, le président fondateur de Sivan.
 
L’avenir nous dira si cette application innovante améliorera le suivi, la prise en charge et la survie des patients atteints de cancer du poumon.
 
 
 

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Exclu de son lycée pendant une épidémie de varicelle alors qu’il n’était pas vacciné, un ado américain avait porté plainte. Il a chopé la varicelle...
Après qu'un touriste chinois ait eu un malaise dans ce commissariat, cet établissement a été fermé au public, et les personnes présentes y sont...
Alarmée par la stagnation de la consommation d’alcool en France, l’Académie Nationale de Médecine a publié, le 29 avril, un communiqué de presse....

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.