Vincent Perez, un généraliste geek

Une trentaine d’années, une formation de médecin généraliste, et une passion pour les nouvelles technologies. Voici en quelques mots le parcours de Vincent, qui s’intéresse de très près à la e-santé. « Depuis deux ans, je travaille dans l’industrie pharmaceutique. C’est d’ailleurs la e-santé qui m’a fait découvrir cet univers. En effet, des laboratoires ont remarqué que j'étais "connecté" et ont fait appel à mon expertise de "geek", ce qui m’a donné l’occasion d’explorer une autre médecine que celle du cabinet». 

«Les jeunes médecins ne peuvent pas faire l'impasse sur la e-santé»
Forte présence sur les réseaux sociaux, veille de l’actu… Vincent surveille assidûment l’évolution de la santé connectée. Pour lui, impossible d’y couper dans nos sociétés actuelles. Et pas nécessairement besoin d’être un geek pour suivre la tendance. « La e-santé, n’est pas la médecine de demain mais celle d’aujourd’hui ! On n’a pas le choix, on doit s’y intéresser. Les jeunes et futurs médecins ne pourront pas faire l’impasse dessus. Le monde va continuer à changer et les patients, qui sont les premiers à être branchés, vont de plus en plus réclamer ce type de médecine ».

Actuellement, Vincent complète sa formation universitaire et effectue un travail de recherche relatif à « l’impact des objets connectés sur la relation médecin-patient ». « La e-santé  bouleverse tous les codes de consultation que l’on connaissait jusqu’ici. Grâce aux dispositifs médicaux connectés, le patient participe désormais à l’établissement de son diagnostic et à sa propre prise en charge. Le médecin doit donc apprendre à connaître davantage son malade et renoncer à son statut de tout puissant», estime le jeune généraliste. Mais Vincent voit surtout dans la e-santé un moyen de renforcer les liens avec le patient. « En utilisant régulièrement des objets connectés pour évaluer sa santé, le patient comprend mieux sa pathologie et a donc moins de questions à poser à son médecin lors de la consultation. C’est un réel gain de temps qui permet d' aborder des sujets plus personnels avec le patient. Cette notion est fondamentale. Car si la e-santé se fait au détriment de l’humain, cela ne pourra pas fonctionner ». 

Source: 

Léa Drouelle

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Le label ADEL sera votre serviteur…
Les bonnes idées ne naissent pas toutes en Californie
Le point sur une technologie dont tout le monde parle

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.