Un cas, en 2020, Bertrand, 54 ans

Exit - ou presque - la consult' à l'ancienne, seul(e) face au patient avec son stylo et son ordo... La version 2.0 s'entoure de plus en plus de raffinements numériques. Les pathologies chroniques et l'oncologie sont plutôt pionnières dans le genre.

UN CAS, EN 2020 BERTRAND, 54 ANS

Il consulte son médecin après avoir fait un Hemoccult. Dans la salle d’attente, il complète sur son smartphone des questions sur son état : sang dans les selles ? Perte de poids ? Antécédents familiaux, syndrome ? 

L’Hemoccult étant positif, Bertrand se voit prescrire une coloscopie qui retrouve une tumeur. Stade IIIc au bilan d’extension. Une hémicolectomie est organisée. Il reçoit sur son téléphone les infos sur la pré-admission (qu’il peut faire en ligne) et des documents sur le geste chirurgical. L’intervention se passe bien. Un système d’alerte sur les essais cliniques permet au cancérologue de lui proposer une pré-inclusion pour une étude de phase III évaluant une chimiothérapie néo-adjuvante. 
 

Un parcours de soin

#1 Proposer un rendez-vous : Plateforme de rendez-vous en ligne

#2 Préparer le rendez-vous : Questionnaire numérique pré-consultation 

#3 Prescrire : Logiciel d'aide à la prescription 

#4 Expliquer : Outils pédagogiques per-consult, comme OncoVisual cancer colorectal qui illustre un diagnostic cancérologique de façon plus lisible qu’une lecture de scanner

#5 Inclure et contribuer à la recherche : pré-inclusion numérique dans des protocoles de recheche grâce aux applications d'alertes 

#6 Suivre et réevaluer : Télésuivi complémentaire aux rendez-vous 

#7 Autonomiser : E-education thérapeutique voir véritable MOOC d'ETP  

Centraliser les infos : Dossier médical partagé qui peine encore à se développer

(Cliquer sur l'image pour agrandir)


Utiliser le temps de pré-consult’ 

Lors d’un don du sang, il est coutume de remplir un autoquestionnaire préliminaire à la consultation. Si cette pratique n’est pas encore courante dans nos cabinets et hôpitaux, l’utilisation croissante des sites de rendez-vous en ligne et logiciels médicaux permettra d’implémenter facilement ce genre de questionnaire à d’autres situations cliniques : échelles de suivi de maladies chroniques, questionnaires de dépistage en fonction de l'âge et du sexe, enquête alimentaire lors d’une consultation obésité… L’objectif serait ici à la fois un gain de temps médical et une meilleure qualité de prise en charge… Mais dans les faits, est-ce bien utile ? Et surtout, quelle sera l’acceptabilité de ce type de dispositif ? 

Dénicher un protocole de recherche 

Il est difficile pour un médecin seul d’être informé en temps réel de tous les essais cliniques adaptés à un patient atteint de cancer. Certains services numériques tels ArtcraftHealth clinical trials et Mendel. ai proposent de répondre à cette problématique. Ce type de plateforme – non disponible encore en France – permet aux médecins mais aussi directement aux patients de trouver un éventuel protocole de recherche.

« Dites-moi Docteur, vous en pensez quoi de cet essai randomisé belge qui vient de sortir ? » 

L’accompagnement post-consultation et le télésuivi

Nous avions évoqué, dans le précédent numéro de What’s up Doc, l’émergence du télésuivi en diabétologie avec MyDiabby notamment. Une étude publiée en 2016 dans le Journal of Clinical Oncology suggère que les outils de télésuivi en cancérologie pourraient augmenter l’espérance de vie1,2 ! À Henri-Mondor (AP-HP), le service de cancérologie expérimente depuis 2017 un outil numérique d’accompagnement3. À l’aide de questionnaires réguliers et d’une messagerie sécurisée, le suivi, en partie numérique et à distance, se veut… plus rapproché ! Les résultats espérés : une meilleure organisation des soins et un réel bénéfice médical pour le patient. L’équipe affirme que cet outil permet d’améliorer la communication avec l’hôpital et ainsi de « rompre l’isolement du malade ». À suivre…

De plus en plus d'outils et d'acteurs numériques, privés comme publics, font irruption dans le colloque singulier médecin-malade. Dans le cadre de l'expérience souvent difficile et douloureuse du cancer, qui requiert technicité et humanité, ces nouveautés sauront-elles préserver l'équilibre entre les deux ?

SOURCES :

1/ Symptom Monitoring With Patient- Reported Outcomes During Routine Cancer Treatment: A Randomized Controlled Trial, Ethan Basch, Journal of Clinical Oncology, 2016 
2/ https://www.asco. org/about-asco/ press-center/ news-releases/ web-based-system-self-reporting-symptoms-helps-patients-live 
3/ http://www.aphp.fr/ contenu/ lhopital-henri-mondor-ap-hp-experimente-un-outil-de-sante-dedie-au-suivi-medical-domicile-de

Portrait de Philippe Cohen
article du WUD 35

Vous aimerez aussi

Depuis avril 2016, What’s up Doc suit quatre jeunes médecins sur la route du développement d’applis e-santé. Deux ans plus tard, l’heure du bilan a...
Les rendez-vous e-santé à ne pas manquer

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.