Un cas, en 2020

La e-santé n'échappe pas aux modes de fonctionnement habituels des soins. Les diagnostics et prises en charge sont meilleurs quand ils sont décidés suite aux échanges avec nos collègues spécialisés.

Un cas, en 2020 : Arnaud, 56 ans

 

Arnaud, de phototype clair, décide d’envoyer par télémédecine la photo d’une lésion dermatologique d’apparition récente qui l'inquiète. L’intelligence artificielle se déclenche, permettant de préciser des éléments en rapport avec la lésion.

 

Antécédents médicaux/familiaux de mélanome ? Vitesse d’apparition ? Une pré-analyse de l’image détecte une forte probabilité de malignité et signale au patient qu’une consultation en dermatologie doit être faite rapidement. Le système réserve, aussitôt après la confirmation d’Arnaud, une consultation dans un centre spécialisé. Sans forcément être anxiogène, une information adaptée lui est alors délivrée concernant la nécessité de respecter ce rendez-vous. Arnaud fait une biopsie de la lésion, analysée par un pathologiste à distance et vérifiée par un autre système d’intelligence artificielle qui corrobore l’impression diagnostique initiale. Un protocole de soins est établi afin de maximiser ses chances de survie.

(Cliquer sur l'image pour agrandir)


Un parcours de soins :

 

1/ Téléconsultation

 

Médecin Direct, Epiderm.co, Medaviz, Medicitus

 

Législation : Décret n° 2010-1229 du 19 octobre 2010 relatif à la télémédecine / Les actes admis en téléconsultation : article R.6316-1 du Code de la santé publique

 

2/ Qualification (précision) des questions du patient, qui sont souvent imprécises

 

Médecin Direct

 

3/ Analyse de l’image

 

Dermatologist-level classification of skin cancer with deep neural networks :

https://www.nature.com/articles/nature21056,

https://www.webmicroscope.com/

https://www.pathai.com/

4/ Prise de rendez-vous

 

Doctolib, MonDocteur, KelDoc

 

5/ Orientation dans le parcours de soins

 

http://belong.life/

https://orcahealth.com/patient-experience

 

 

Télédermatologie

 

La dermatologie, comme la radiologie, se prête bien à la digitalisation. Les statistiques à ce sujet confirment l’intérêt croissant pour cette pratique. Malgré les éventuelles limites, il serait naïf de penser que cette pratique sera abandonnée. La démographie médicale présente et future va inexorablement mettre le système de soins sous pression pour valider ces outils. What’s coming ?

 

-       La création d’une cotation cohérente (ou pas) avec les attentes des médecins.

-       Des applications sécurisées et ergonomiques pour éviter des transferts par WhatsApp, Telegram ou Twitter.

 

-       Une méthodologie pour structurer les échanges (anamnèse) avec le grand public ou entre professionnels de santé.

 

Pour en savoir un peu plus sur le sujet, on vous conseille de suivre Robin Ohannessian (médecin de santé publique, société française de télémédecine, télémédecine 360).

 

Intelligence artificielle

 

Le mot est dans toutes les bouches. Le Conseil de l’Ordre s’y est intéressé*. Concernant la dermatologie, la revue Nature a publié un article sur la détection des lésions cutanées susceptibles d’être des mélanomes. L’outil de réseaux de neurones était efficace avec une aire sous la courbe ROC de 0,96. Cela ne s'arrêtera probablement pas là, car l’identification des lésions par simple photo s'associera à l’intégration d’une anamnèse « pré-image » et aux recommandations de prise en charge, pour offrir le meilleur parcours de soins au patient. Cette évolution confortera le médecin comme soignant, par la validation des résultats proposés mais surtout par le dialogue singulier et l’accompagnement du malade.

 

La télémédecine et l’intelligence artificielle sont deux concepts qui vont de pair, car les images qui transiteront par les plateformes de téléconsultation vont alimenter les algorithmes pour qu’ils soient de plus en plus performants.

 

En conclusion

 

Le médecin se distinguera de la machine par son humanité. Il ne s’agit pas pour nous d’être remplacés. Nous aurons à garder notre statut de soignants vis-à-vis de patients à informer sans alarmer ni hyper-rationaliser et à accompagner sans paternaliser.

 

*Médecins et patients dans le monde des data, des algorithmes et de l’intelligence artificielle. Analyses et recommandations du Cnom.

Portrait de Juan Sebastian Suarez de la Valencia
article du WUD 37

Vous aimerez aussi

Christine Calinaud est responsable des programmes e-santé au Lab Santé ^Ile-De-France, une association qui met en relation les porteurs de projets...
La prescription médicale, outil fondamental de notre exercice, devrait être entourée de systèmes de contrôle et de sécurité. Pourtant, en plein coeur...
intelligence artificielle radiologue imagerie cancer

Deux intelligences artificielles ont démontré leurs compétences pour la lecture de mammographies et de biopsies de ganglions lymphatiques. IA ou...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.