Téléconsultation : la solution miracle pour 3 médecins !

À l’occasion du premier anniversaire du remboursement de la téléconsultation, Doctolib a invité trois médecins à parler de la téléconsultation, dans le cadre d’une conférence de presse organisée le 12 septembre. Pour ces trois professionnels, cette nouvelle pratique offre plus de confort et de flexibilité dans leur travail. Et permet de gagner du temps médical, tout en étant rémunéré pour les conseils médicaux.

« Des amis médecins faisaient des téléconsultations à la plage sur des plateformes privées. Je trouvais cela très agaçant, parce que ces soins-là nous échappaient, alors que c’est nous qui voyions physiquement les patients. De plus, en termes de qualité de consultation, je trouvais que les plateformes, ce n’était pas l’idéal pour les patients. » Médecin généraliste dans le 14ème arrondissement de Paris, le Dr Marie Msika-Razon a rapidement changé d’avis sur la question.
 
Un mois plus tard, soit en septembre 2018, l’Assurance maladie annonce le remboursement des téléconsultations. Et c’est ainsi que le Dr Marie Msika-Razon, qui travaillait déjà avec Doctolib pour la prise de rendez-vous, s’est retrouvée à « tester » en avant-première la téléconsultation avec la licorne* française.
 
« Cela a vraiment répondu à une demande qui préexistait, celle d’un nouvel outil qu’on pouvait proposer aux patients. Cela s’est facilement intégré à notre pratique quotidienne et, pour le moment, les retours que l’on a sont excellents, que cela soit pour les médecins ou pour les patients. »

Pour Doctolib, qui est devenu en l’espace de quelques mois le service de téléconsultation le plus utilisé de France (deux tiers des téléconsultations remboursées par la Sécurité sociale), un nombre croissant de médecins franchissent le pas de la télémédecine. 500 médecins partenaires s’étaient lancés dans l’aventure en janvier dernier. ils seraient aujourd’hui 1 500 selon Doctolib qui explique l’intérêt croissant des médecins par plusieurs raisons.

Plus de confort et de flexibilité

Premièrement, elle apporterait « plus de confort et de flexibilité dans leur travail ». Grâce à la téléconsultation, « les médecins peuvent en effet consulter leurs patients où et quand ils le souhaitent ». Un avantage de taille confirmé par le Dr Bertrand Magnier, médecin généraliste dans le 14ème arrondissement de Paris :
 
« Mes dossiers sont désormais en ligne, donc je peux travailler n’importe où. En général, c’est très fluide, ça va très vite, même, si bien sûr, tout n’est pas parfait. Donc, il y a un confort de l’exercice et une certaine convivialité qui est vraiment agréable. Quand je vois les patients devant moi, ils sont vraiment contents de me voir. »
 
Autre raison de l’engouement des médecins pour la télémédecine, selon Doctolib : « Elle leur permet d’être rémunéré pour les conseils médicaux et l’accompagnement qu’ils apportent gratuitement à leurs patients, le plus souvent en dehors de leurs horaires de consultation. »
 
Pour le Dr Sophie Tawil, généraliste dans le 15ème arrondissement de Paris, « le premier motif de rendez-vous pour les téléconsultations, ce sont les conseils. Par exemple : « J’ai tel ou tel symptôme, est-ce qu’il faut je vienne au cabinet ? » ou « Qu’est-ce que vous en pensez ? Qu’est-ce que je peux appliquer ? » C’est le genre de demandes auxquelles on répond énormément par mail ou par téléphone, et qui n’auraient pas forcément nécessité de consultation. » Des conseils qu’elle peut désormais facturer grâce à la téléconsultation, pour la bonne et simple raison que « ces conseils prennent du temps et demandent une expertise médicale »

Une solution face à la surcharge de mails

Le Dr Bertrand Magnier considère également que la télémédecine fait partie des solutions face à la surcharge de mails. « Aujourd’hui, avec la prise de rendez-vous via internet, les gens envoient des mails à outrance et les médecins sont complètement débordés par les mails. Ils envoient des mails pour des renouvellements d’ordonnance, de certificats médicaux, des avis… Pour ce genre de demandes, nous sommes obligés de proposer d’autres réponses, et la téléconsultation en est une, car on peut proposer un rendez-vous de vidéo-consultation aux patients. »  
 
Pour le Dr Bertrand Magnier, la téléconsultation permet également de régler rapidement et facilement certaines problématiques. « Quand vous recevez un bilan et que vous voyez que quelque chose ne va pas, c’est très facile d’envoyer un mail en disant « je vous propose de faire une téléconsultation ». La personne peut rapidement trouver un créneau, et c’est rapide. La consultation dure entre 10 et 15 minutes, contre 15 à 20 minutes normalement. C’est un peu plus court, car le patient a en général un seul motif de consultation ».
 
Constat similaire du côté du Dr Marie Msika-Razon. « Il s’agit souvent de motifs uniques en téléconsultation, ce qui est plutôt agréable. Dans une consultation classique, les patients ont toujours l’impression d’avoir attendu longtemps leur consult, donc ils arrivent avec une liste de demandes. Les téléconsultations sont globalement plus courtes, et, comme le délai est court entre le moment où ils ont demandé le rendez-vous et le moment où ils l’obtiennent, leur demande est assez simple en général. La téléconsultation, c'est beaucoup de conseils, de tri, on rassure aussi les patients… »

Gagner du temps

Des motifs de consultation simples qui participent à améliorer la qualité de travail des médecins, selon le Dr Sophie Tawil qui apprécie aussi « le caractère unique des motifs de consultation, plutôt que la fameuse liste de patients qui viennent avec 5 motifs. Donc on peut traiter ce seul motif de consultation de A à Z, de manière qualitative. »
 
Autre avantage souligné par le médecin : la partie "facturation" de la téléconsultation est « beaucoup plus rapide, donc on gagne du temps. On gagne aussi du temps sur des petites choses : le temps que le patient s’installe, se déshabille … Donc cela nous permet de prendre plus de patients, et cela améliore l’offre de soins pour les autres patients, en leur faisant aussi gagner du temps. »
 
Des patients qui peuvent également accéder plus facilement à leur médecin grâce à la téléconsultation. Notamment parce que cela permet d’éviter les déplacements et que cela supprime la distance entre le patient et le médecin. À titre d’exemple, certains patients du Dr Bertrand Magnier ont quitté Paris à la retraite pour s’installer en province : « Grâce à la téléconsultation, ils n’ont plus forcément besoin de venir à Paris pour me voir. Ils peuvent faire une ou deux téléconsultations par an sur les quatre habituelles, car c’est juste du renouvellement. »
 
Enfin, les délais d’attente pour obtenir une téléconsultation sont nettement plus courts que pour une consultation physique, selon Doctolib qui a dévoilé les chiffres suivants : 2,9 jours en moyenne chez le médecin généraliste (contre 6 jours en cabinet selon la Dress), 7,2 jours chez le gynécologue (contre 44 jours en cabinet) et 9,8 jours chez le dermatologue (contre 61 jours en cabinet).

* startup dont la valorisation dépasse un milliard de dollars américains
 

Doctolib : 150 000 consultations en 2019 ?
Les médecins ont réalisé près de 40 000 téléconsultations sur Doctolib depuis le lancement du service en janvier 2019. Toutes ont été remboursées par la sécurité sociale. Cela représente les deux tiers des 60 000 téléconsultations remboursées en France jusqu’à présent. Au rythme de croissance actuel, 13 000 téléconsultations devraient être réalisées en septembre par Doctolib qui vise les 150 000 avant la fin de l’année.

 

Portrait de Julien Moschetti

Vous aimerez aussi

Presse auscultée. Lors d’une réunion récente de CME des hôpitaux de Paris, sont apparues des tensions inédites ainsi que l'annonce de départs de...
L’UFML-S dénonce une nouvelle attaque de SantéClair contre les médecins. Le syndicat critique le fait que le réseau de soins, qui n’a toujours pas...
ENTRETIEN - La directrice générale de Santéclair, Marianne Binst, estime qu’il est possible de travailler avec les médecins, dans l’intérêt des...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.