Système de santé : le match présidentiel des mutuelles

Le Président de la Mutualité Française a débattu avec Didie Tabuteau ce matin. Ce soutien d'Emmanuel Macron n'a pas répondu favorablement à toutes les attentes des complémentaires santé. 

Les oreilles des précédents ministres de la santé ont sifflé ce matin. Le deuxième rendez-vous des « Contrepoints de la Santé » a donné lieu à un débat animé ce mercredi à l’Opération Restaurant (Paris). Sur le round, Thierry Baudet, Président de la Mutualité Française, était opposé à Didier Tabuteau, Responsable de la Chaire santé de Sciences Po.

L’enjeu du match : comment passer d’un financement de la santé inefficient et coûteux à un système vertueux pour une meilleure santé des Français. Le tout bien évidemment dans la perspective du nouveau quinquennat qui démarre. Tous veulent une nouvelle politique de Santé M. Macron !

L'accès aux soins au centre des débats

Premier à prendre la parole, le patron des mutuelles qui s’est directement adressé au nouveau Président de la République. « Il devra apporter des réponses aux populations abandonnées. Celles qui par exemple ne trouvent plus de médecin traitant ». Pour Thierry Baudet, l’affichage libéral du candidat d’En Marche ! ne doit pas s’arrêter aux frontières de la santé…

Membre du staff santé du chef de l’Etat, Didier Tabuteau partage le diagnostic. C’est sur le remède que l’ordonnance diffère. Ce dernier plaide pour un traitement radical : la création d’une Assurance maladie universelle.  « Le rassemblement de la Sécurité sociale et des mutuelles permettrait de faire des économies substantielles », avance-t-il. La proposition qui vise directement les frais de gestion des complémentaires est aussi partagé par Martin Hirsch, le boss de l’AP-HP.

Des solutions irréconciliables 

Sauf que pour Thierry Beaudet, cette solution est qualifiée d’ « irréaliste ». Idem pour Guillaume Sarkozy, Président de la Fondation Malakoff Médéric Handicap, qui pestait dans la salle. Ces deux mutualistes estiment que l’Assurance maladie avec ses 13 milliards d’euros de dette sociale ne pourra jamais supporter un tel transfert. Ainsi, il se réjouissent qu’Emmanuel Macron a durant la campagne écarté ce choix défendu notamment par Jean Luc Mélenchon. Avec autant d’entente la crainte d’un statut quo refait surface.

Les deux débatteurs l’ont balayé d’un revers de main. En rabâchant pendant une heure leurs positions. Didier tabuteau : « l’assurance maladie doit tout rembourser. A minima les citoyens devraient avoir le choix entre un payeur unique et le régime actuel ». Thierry Beaudet plaide pour plus d’émulations dans le secteur « surtout pas de monopole », martèle-t-il.

Le come-back du tiers payant  

C’est à la fin du débat qu’une position les rassemble. Le Tiers payant généralisé. Pour Thierry Baudet, il s’imposera aux médecins car les patients l’exigeront. Didier Tabuteau est favorable aussi à cette mesure. Les médecins n’attendent plus que le point de vue de Macron qui reste encore un peu vague sur le sujet.

Heureusement que l’auditoire à éviter l’éternel débat sur les réseaux de soins. Cela aurait sans doute été la goute de trop si des médecins libéraux étaient présents dans la salle. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Portrait de Bruno Martrette-Gomez

Vous aimerez aussi

Comment estimer sa consommation d’alcool ? Comment faire pour la maîtriser ? Dans l’ouvrage « Je maîtrise ma consommation d’alcool...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.