Que savez-vous du virus Usutu ?

WUD fait du DPC

Des chercheurs de l’Inserm à Montpellier ont identifié le premier cas français d’infection humaine par le virus Usutu. Pour en savoir plus sur le petit nouveau, pas besoin d’appeler la médecine interne, WUD a les infos.

Sras, Chikungunya, Zika, dengue, West Nile… Ces virus émergents ou partis à la conquête de nouveaux territoires sont à l’origine d’épidémies qui touchent parfois le territoire métropolitain et ultra-marin.

Cette fois, c’est du côté de Montpellier qu’est venue la nouveauté. Un homme d’une trentaine d’années a été admis au CHU en 2016 avec une paralysie faciale périphérique, et un tableau clinique atypique. il souffrait notamment de déficits sensitifs et moteurs récurrents du côté droit, explique à France 3 le Dr Olivier Sillam, le neurologue qui l’a pris en charge.

Un an plus tard, l’UMR 1058 (Pathogenèse et contrôle des infections chroniques) a identifié le virus responsable : Usutu. Jamais entendu parler en UE de viro ? What’s up Doc tente un rattrapage.

Combo oiseaux-moustiques

Le virus a été identifié pour la première fois en Afrique du Sud, en 1959, sur des moustiques du genre Culex. Il appartient à la famille des Flavivirus (dengue, fièvre jaune, West Nile, Murray Valley, Zika…), et au sérocomplexe du virus de l’encéphalite japonaise. Il est véhiculé par le moustique commun (Culex), le plus répandu par chez nous, mais aussi par les aedes.

En Europe, il faudra attendre 2001 pour que sa présence soit remarquée, avec la mort de nombreux passereaux en Autriche. Depuis, sa présence chez des oiseaux a été repérée un peu partout sur le continent. Voilà pour le côté éco-véto-entomo.

Révise avec WUD

Côté médecine, quelques cas liés au virus, notamment d’atteintes neuro chez des patients immunodéprimés, ont été répertoriés. Le premier en 1981 en République centrafricaine, chez un homme présentant de la fièvre et un rash. En 2009, le premier cas européen a été recensé en Italie : la ponction lombaire d’une femme souffrant de méningo-encéphalite avait révélé des traces de flavivirus, identifié comme Usutu. Depuis, neuf cas supplémentaires en Italie et trois autres en Croatie ont été révélés. Et donc, désormais, un en France.

Comment diagnostiquer ? Pour l’InVS, les personnes résidant ou ayant séjourné dans le Sud de la France, des Pyrénées à la Corse, entre le 15 mai et le 15 octobre de chaque année forment la population source. État fébrile, manifestations neuro de type encéphalite, méningite, Guillain-Barré et paralysie flasque aiguë font partie des signes cliniques évocateurs.

WUD ne présente ici qu’un article journalistique, et se décharge de toute responsabilité pour la suite au profit de l’InVS ! Pour confirmer ces cas suspects, le protocole complet est par ici.

Et pour le pseudo-DPC gratos, you’re welcome !

Sources :

Ashraf U, Ye J, Ruan X, Wan S, Zhu B, Cao S. Usutu Virus: An Emerging Flavivirus in Europe. Johnson K, ed. Viruses. 2015;7(1):219-238. doi:10.3390/v7010219.

Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Une erreur administrative fait en sorte que les internes "ancien régime" et en "phase d'approfondissement" devront se soumettre de nouveau à la...
Si l’aéronautique pouvait réchauffer l’ambiance en salle d’op’…

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.