Quand Google se lance dans la quête de l'immortalité

Santé futuriste

Avec le lancement de sa société de biotechnologie Calico en septembre 2013, le géant d’internet Google a décidé de se confronter « à la mort et à la vieillesse » avec un vaste programme de progrès dans le domaine de la santé. Et ses ambitions sont à la hauteur de sa réputation. Retour ses 3 dernières grandes initiatives :

-  Créer un moteur de recherche médicalisé : Récemment, Google s’est rendu compte qu'une recherche sur 20 faite sur son moteur touchait le domaine de la santé. L'entreprise a donc décidé de lancer une fonctionnalité qui permettra de trouver rapidement des infos médicales depuis sa tablette ou son smartphone. Lancée aux Etats-Unis en février, ce dispositif devrait bientôt arriver en Europe.

- Détecter les cancers grâce aux nanoparticules : Ce projet est proche de la science-fiction. L’idée serait de faire circuler dans le sang des particules nanoscopiques afin de mesurer les changements biochimiques annonciateurs de maladies. Elles seraient ingérées sous forme de comprimés et viendraient se fixer sur un type particulier de cellules, une cellule tumorale par exemple. En associant ces nanoparticules à un objet connecté équipé de capteurs spéciaux, il deviendrait alors possible de détecter les maladies dès leurs prémices.

 - Etudier des milliers de génomes pour prévenir les maladies
Détecter des maladies avant même l’apparition des premiers symptômes. C’est sans doute le dessein le plus fou de Google. L’objectif de ce projet intutilé Baseline est d'étudier le génome de personnes saines afin de recueillir des données génétiques et moléculaires qui pourraient permettre de dresser le portrait type d'un être humain en bonne santé. A très long terme, ces éléments pourraient devenir des armes redoutables pour prévenir des maladies mortelles. Pour l'instant, Baseline porte sur 175 volontaires, mais Google souhaiterait étendre ses recherches à des milliers de personnes.

 

Source: 

Léa Drouelle

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Francois Eisinger (1), Francois Hirsch (2) et Hervé Chneiweiss (3) de l'Inserm
Elle voulait nous rendre plus intelligent grâce au microbiote

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.