Prescription informatisée… la pres’ intelligente

La prescription médicale, outil fondamental de notre exercice, devrait être entourée de systèmes de contrôle et de sécurité. Pourtant, en plein coeur des CHU, sa réalisation reste souvent très artisanale et source de potentielles erreurs de retranscription.

Article proposé avec le soutien de la société Cerner

Virage numérique

Finie la sacrosainte signature manuscrite ! Fini le temps des scribes. Il faut arrêter d’apprendre notre métier comme au siècle passé et imposer des logiciels professionnels avec modules de prescription intégrée.

Qui monterait dans un Boeing dernier cri avec un pilote qui manœuvre au manche à balais et à la boussole, fût-il le plus chevronné du monde ?

La prescription est au cœur de notre prise en charge. Elle doit respecter des règles strictes, tenir compte de tous les traitements, être comprise par l’équipe soignante et le patient, permettre au pharmacien la délivrance et le stockage des médicaments, être à jour des dernières alertes et recommandations… Bref, la pres’ a valeur de commande, de soin et de pédagogie à la fois, impliquant de multiples acteurs et lecteurs, autour de son seul support. Elle nécessite un sharing rapide et protégé : impossible avec le papier, il faut la numériser !

Besoin de pres' tout-terrain

Qui d’entre nous gère à la fois parfaitement : la mise à jour des dernières molécules ? Toutes les formes galéniques ? Les interactions thérapeutiques ? Les règles de prescriptions particulières ? Les dispositions relatives au marché ? La gestion des stocks de la pharmacie centrale ? La validation de l’administration des médocs ?

Alors, qui ? Personne…

Et pourtant, nombre de services, d’établissements, sont hermétiques et tardent à s’engager… et nous confinent à un mode d’exercice dépassé.

Finissons-en !

Prescrire online, c’est possible !

Nombre de sociétés proposent des solutions informatiques de prescription moderne. Cerner a développé un logiciel pro, PowerOrders®, totalement intégré au dossier patient informatisé, qui sécurise nos pres’ et nous rend la vie plus facile. On peut maintenant saisir ses prescriptions de n’importe quel terminal !

Plus besoin de revenir dans le service quand on est au bloc ou à la consult’, notre signature électronique suffit sur le réseau sécurisé.

Finies les erreurs de retranscription ! (« Euh… il a écrit Zoloft® ou Zophren®, tu crois ?? »). Il n’y a plus de saisie libre, plus de graffitis manuscrits. Les médocs sont choisis parmi un menu déroulant qui propose aussi les posos. En deux clics, plus d’erreurs, plus de par cœur, c’est le bonheur.

Détection automatique des interactions : es-sen-tiel !

Parce qu’il est trop important de ne plus faire d’erreur, il est indispensable d’avoir la meilleure assistance possible. La détection automatique nous assure comme le pilotage automatique la ligne directrice sans pour autant nous enlever la possibilité de toujours décider.

Enfin, le virage numérique induit l’homogénéisation des procédures. Un luxe dans un CH qui comporte parfois autant de façons de prescrire qu’il y a de services ! Avec ce système, plus de barrière, de la cardio à l’embryo, les règles sont les mêmes à tout niveau.

Portrait de La rédaction
article du WUD 8

Vous aimerez aussi

Plus fort que la téléconsultation !
79 % des applications de santé partagent régulièrement des données utilisateurs, selon une étude récente publiée dans le British Medical Journal (BMJ...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.