Pakistan : un faux chirurgien pour une vraie opération

Un agent de sécurité se faisant passer pour un médecin a opéré une femme. Celle-ci meurt deux semaine après l’opération.

Erreur de CV. Shameema Begum était une femme de 80 ans vivant au Pakistan. Le 17 mai, sa famille la conduit à l’hôpital pour qu’elle puisse se faire opérer d’une blessure au dos, comme le révèle The Independant

A son arrivée à l’hôpital Mayo, à Lahore, tout de blouse vêtu, c’est pourtant en réalité un agent de sécurité qui la prend en charge. L’usurpateur serait un homme dénommé Muhammad Waheed Butt. La famille de la patiente raconte avoir payé cet homme pour la chirurgie ainsi que des visites post-opératoires au domicile de la patiente.

De retour chez elle, l’état de Shameema Begum se dégrade et sa plaie continue de saigner. Lorsque sa famille la ramène à l’hôpital (sous le conseil du pseudo-chirurgien), quelle n’a pas été leur surprise en découvrant qu’aucun médecin ne répond ici au nom de Muhammad Waheed Butt. L’homme était un ancien agent de sécurité de l’établissement. La famille a immédiatement déposé plainte. La patiente est décédée deux semaines suivant cette intervention.

« On ne peut pas constamment vérifier ce que fait chaque médecin ou chaque personne. C'est un grand hôpital », a déclaré un responsable administratif de l'hôpital pakistanais à l'AFP.

L’ancien agent (qui n’en était pas à son coup d’essai dans sa fausse carrière médicale) a depuis été arrêté et inculpé et l’employé qui l’a assisté lors de cette opération a été suspendu. Une enquête est ouverte et une autopsie permettra de déterminer si le décès est imputable à ce coup de scalpel amateur.

Portrait de Constance Maria

Vous aimerez aussi

Arnaud Pourredon a interrompu ses études de médecine pour se consacrer à la lutte contre les faux médicaments en Afrique. Avec Romain Renard, ils ont...

Presse auscultée – Les internes belges aussi en ont marre de leurs conditions de travail déplorables. Et ils le font savoir.

En Russie, les cas Covid se multiplie et les autorités dénoncent une situation « dramatique ». Pour combattre l’épidémie, Moscou met en place...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.