One health : Une seule planète, une seule santé

Presse auscultée. La santé humaine, animale et environnementale, interdépendantes ? C’est en tout cas l’avis de nombreux chercheurs qui défendent le concept « One Health ». 20 minutes nous en dit plus.

« Une seule santé, une seule planète ». C’est la conviction martelée par une ribambelle de chercheurs adeptes du concept « One Health ». L’idée ? « Ne plus aborder séparément les santés humaine, animale et celle des écosystèmes », résume le 20 minutes.

Ce concept n’a rien de nouveau. « Ces liens entre médecins, vétérinaires, biologistes ont été très étroits jusqu’au XIXe siècle, avant de se distendre peu à peu », regrette, dans les colonnes du 20 minutes, Muriel Vayssier-Taussat, chef du département santé animale à l’Inrae. Et pour cause, 60 % des maladies infectieuses humaines sont des zoonoses. VIH, grippe ou encore Ebola en sont notamment de bons exemples. « Et 75 % des maladies émergentes affectant l’être humain sont d’origine animale », poursuivent nos confrères.

Multiplication des contacts avec le monde animal, réchauffement climatique ou encore mondialisation… À cause de l’activité humaine, ces phénomènes se sont d’ailleurs multipliés au cours du dernier siècle. Une recrudescence qui a donné naissance à de nombreuses « tentatives de reconnexion entre la santé humaine et animale » depuis les années 80, indique le 20 minutes. Et Yann Voituron, chercheur au Laboratoire d’écologie des Hydrosystèmes naturels et anthropisés (CNRS, Université de Lyon), de détailler dans leurs colonnes : « C’est notamment le concept "One médecine", incitant à lier la santé humaine et celles des animaux d’élevage. Puis, dans les années 1990, la démarche a été élargie aux animaux sauvages avant d’en arriver, en 2008, au concept "One Health", qui ajoute une couche en intégrant la santé des écosystèmes. »

Cet outil serait-il à institutionnaliser pour prévenir l’apparition de nouvelles épidémies ? C’est en tout cas l’idée qui commence à émerger. Depuis quelques mois, les appels invitant à rappeler l’interdépendance de la santé humaine, animale et environnementale, se multiplient aux quatre coins de globe. « Tant de la part des organisations internationales de santé publique, l'OMS en tête, que de collectifs de chercheurs ou d’instituts de recherche », décryptent nos confrères. Pour en savoir plus, c’est par ici.

Portrait de Julia Neuville

Vous aimerez aussi

À la fin de l’année dernière, trois variants du coronavirus SARS-CoV-2 (le virus à l’origine de l’épidémie de Covid-19) se propageant rapidement ont...

Après vite ma dose, (é)vite l’arnaque. Deux jours après l’annonce de création du service de Guillaume Rozier, des usurpateurs ont racheté un nom de...

Rennes, Strasbourg, Montpellier, Rouen, Angers… Dans les villes françaises ce 11 mai, les personnels, éprouvés par la crise sanitaire, des services...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.