Notre voix au chat pitre?

Ciné week-end: The Voices, de M. Satrapi (sortie le 11 mars 2015)

 

Marjane Satrapi, auteure de l’inoubliable Persépolis, a le mérite de surprendre son monde en revenant au cinéma au volant d’une énorme machine hollywoodienne, avec à son bord une pointure telle que Ryan Reynolds - enfin, petite la pointure, mais tout de même...

Hélas, ce mérite sera le seul. Armés des meilleures – c’est-à-dire des pires – intentions, les critiques ont été globalement très indulgents avec ce film qui n’en demandait probablement pas tant. Ont été saluées ça et là l’outrance joyeusement trash de la réalisation, les trouvailles de mise en scène ou la veine comique totalement barrée de la réalisatrice. Mais la vérité est que ce film, pas foncièrement déplaisant, est extrêmement plat, se contentant de recycler des thématiques et une esthétique plus qu'éculées. Et avouons-le, les moments drôles sont rares, tout comme les scènes d’horreur franche.  Eh oui, American Horror Story et autres Dexter sont passés par là...

On passera sur le fait que le jeune schizophrène, interprété par un Ryan Reynolds qui n’a pas besoin de se forcer pour jouer les benêts, voie la vie en rose bonbon dès qu’il arrête de prendre son médicament….alors que le vécu hallucinatoire de nos patients non traités est justement souvent terrifiant. Cette facilité éreintante à utiliser la schizophrénie comme support scénaristique du polar ou du film gore n’a dans ce cas ni l’excuse de la vraisemblance ni celle de la drôlerie.

On pourrait se demander ce qui a poussé Marjane Satrapi à réaliser « The Voices » : a-t-elle été privée des clips de Mickaël Jackson et des films de Joe Dante dans son adolescence ? Ce monde fantoche en rose et kitsch, façade caricaturale d’un bonheur falsifié, métaphorise-t-il la volonté constante des dictatures de maquiller leurs crimes ? On ne poussera pas le bouchon aussi loin : il semble juste qu’elle a voulu s’éclater un bon coup, et qu’elle est passée à côté….

On ne donnera donc pas notre voix à The Voices... 

Source: 

Guillaume de la Chapelle

Portrait de Guillaume de la Chapelle

Vous aimerez aussi

Ciné week-end: Vice Versa, de P. Docter (sortie le 17 juin 2015)
Ciné week-end: Walk with me, de L. Ohlin (sortie le 26 juillet 2017)

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.