MA SPÉCIALITÉ À LA SAUCE 2.0

La nécessité d'échanger et de dialoguer entre nous sur des expériences pratiques, de partager des infos plus ou moins académiques, trouve un puissant écho dans les réseaux sociaux professionnels comme MySpeciality.

MySpeciality édite des réseaux qui ne sont ouverts qu’aux confrères de la même spé médicale: psy, pneumo, cardio, MG, etc. Cette distinction est appréciable, car il n’est pas toujours évident de passionner les psys avec le nouveau schéma vaccinal !

Ces réseaux sont créés avec le soutien institutionnel de laboratoires pharmaceutiques dans les diverses spécialités. Mais Jean-François Ramadier, fondateur de HealthMe, est formel : si les labos le font pour l’image, ils n’ont aucun droit de regard sur les inscrits ni les contenus. Il n’y a d’ailleurs aucune publicité une fois connecté.

Alors justement, une fois connecté, que trouve-t-on ?

Des confrères d’abord, que l’on peut ajouter à son carnet d’adresses, des groupes de discussion à la manière d’un LinkedIn, des chats à « tagger » pour les suivre, les archiver, etc.

Bref, le tout avec une interface souvent simple et ergonomique. L’ensemble est complet sans être surchargé, un critère suffisamment rare pour être souligné !

Aujourd’hui, 94 % d’entre nous, médecins, ont un usage pro de leur smartphone (sur iPhone 3 fois sur 4), selon le baromètre Vidal 2012 ; les applications iPhone et iPad semblent donc être un vrai plus. C’est vrai qu’elles permettent de prendre des photos et d’en discuter entre nous. Mais si le problème ne concerne pas notre spé de départ ?

C’est ce qui pousse HealthMe à réfléchir aux « réseaux croisés » entre spés : trop restrictif le réseau est moins dynamique, trop ouvert il n’intéresse plus personne.

En ce sens, si MySpeciality ne détient pas la solution, il propose néanmoins à ce jour la meilleure approche.

Les Plus !

Service gratuit et sans pub.

Des applis iPhone et iPad dédiées !

Nouvelle ergonomie claire et agréable.

Agenda lisible et plutôt complet.

Groupes de discussion nombreux.

Gestion des contacts.

Les Moins !

- Ouvert à une seule spé, pas d’avis pluridisciplinaire.

- Alimentation en actualité tributaire de ses membres.

- Manque d’inscrits ou de participations régulières.

- Pas d’offres d’emploi.

 

EN BREF : Et les réseaux pour patients ?

Qu’ils soient associatifs (Fédération française des diabétiques, Vivre sans thyroïde, etc.) ou privés (Carenity, Entrepatients, Bepatient, etc.), les réseaux sociaux dédiés à une ou plusieurs pathologies ont le vent en poupe.

Les patients ont adopté, une fois encore, ces technologies avant nous. Ils y trouvent des informations spécialisées, de l’entraide, des vidéos explicatives, des outils de suivi de leur pathologie, etc.

L'intérêt de ces réseaux réside dans leur spécialisation ; ils accueillent des adhérents moins nombreux mais plus « qualitatifs » que sur Facebook ou Doctissimo.

 

Evaluation : Mypsynk.com

Accessibilité : 5/5

Réseau : 3/5

Contenu : 4/5

Qualité : 4/5

TOTAL  16/20 POINTS

L’évaluation prend en compte : l’accès contrôlé et réservé aux seuls médecins, la qualité de l’interface, la mise en place de débats par l’équipe fondatrice et le caractère médical de celle-ci ainsi qu’un contrôle universitaire de la qualité des réponses. Le nombre de membres inscrits, la qualité de l’offre pro et les services associés, le caractère unique et réellement novateur du service sont également inclus.

Portrait de La rédaction
article du WUD 12

Vous aimerez aussi

Christine Calinaud est responsable des programmes e-santé au Lab Santé ^Ile-De-France, une association qui met en relation les porteurs de projets...
Kévin Zarca est le fondateur de pvalue.io

Kévin Zarca, médecin de santé publique spécialisé en statistiques, a créé un logiciel en ligne, pvalue.io, pour aider les médecins dans leurs...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.