Les smartphones des médecins sont vulnérables aux attaques des pirates

Un spécialiste américain sonne l’alarme

Skycure, entreprise américaine de sécurité informatique, considère qu’une proportion non négligeable des smartphones utilisés par les médecins sont particulièrement exposés aux menaces. Un problème pour les praticiens… et pour les données qu’ils stockent.

 

14 % des smartphones des médecins qui contiennent des données patient n’ont pas de mot de passe. 11 % tournent sur des systèmes d’exploitation périmés, qui présentent de sévères vulnérabilités. Telles sont les conclusions du dernier rapport du spécialiste de la sécurité mobile Skycure, intitulé « Mobile security trends in healthcare ».

L’entreprise américaine, qui a analysé les données de ses clients et qui a effectué 51 millions de test réseaux en 2015, pointe également le fait qu’en un mois, le smartphone d’un médecin a 22 % de chances d’être exposé à une menace réseau. Un chiffre qui grimpe à 39 % si l’on porte la période d’observation à quatre mois.

Bien évidemment, ces chiffres sont à relativiser : un spécialiste de la sécurité mobile a tout intérêt à ce que les utilisateurs se croient cernés de menaces. Skycure est d’ailleurs très discret sur la méthodologie utilisée pour arriver à ses chiffres.

Mais ce qui est certain, c’est que l’usage des appareils mobiles dans la santé est en pleine expansion. Toujours d’après Skycure, 70 % des médecins utilisaient des appareils mobiles pour gérer des données patient en 2015, contre 8 % en 2013. 74 % d’entre eux utilisaient des appareils multiples en 2015, contre 28 % en 2013.

Y a-t-il de quoi jeter le bébé de la m-santé avec l’eau du bain de la sécurité informatique ? Probablement pas. Mais le développement de la médecine sur smartphone devra probablement s’accompagner d’une petite révolution culturelle du côté des praticiens : protéger son appareil mobile est aussi important que protéger son ordinateur.

Source: 

Adrien Renaud

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Knok knok ! It’s the doctor !
Un spécialiste américain sonne l’alarme
La e-médecine à l’honneur

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.