Les professionnels de santé sont (aussi) des malades

Carnet de santé Odoxa santé des professionnels
Les cordonniers sont les plus mal chaussés

Un sondage Odoxa portant sur les mois d’octobre et de novembre 2018 montre que les professionnels de santé sont presque deux fois plus malades que le reste de la population française. Et les vaccins, c’est toujours pas top.

Vous rappelez-vous de ces médecins de l’ancienne génération qui, la goutte au nez, le cerveau ralenti et avec un pic de fièvre à 39, vous assuraient qu’ils n’étaient pas malades, et encore moins contagieux ? Les temps changent…

Le Carnet de santé Odoxa de ce lundi 10 décembre suggère que les professionnels de santé hospitaliers dans leur ensemble sont presque deux fois plus malades que le reste de la population. Près de quatre sur dix (38 %) ont déclaré avoir été malades au cours des deux derniers mois (1). Pour le reste de la population, ce taux descend à 21 %…

Hospitaliers VS libéraux

Parmi les professionnels de santé interrogés figuraient 534 médecins généralistes, 506 spécialistes et 71 internes. Plusieurs indicateurs ont été mis en avant. Ainsi, près d’un quart des médecins – et un peu plus chez les hospitaliers – rapportent des insomnies quasi quotidiennes ou quotidiennes. Plus de 11 % des médecins interrogés déclarent prendre des somnifères au moins une ou deux fois par semaine (plus de 6 % en prennent tous les jours). Encore une fois, les hospitaliers sont deux fois plus concernés.

Les médecins sont davantage malades, mais ne s’arrêtent pas ! Ils posent en moyenne 5 jours d’arrêt de travail par an. C’est environ trois fois moins que les autres. Et, contre toute attente, les hospitaliers posent encore moins de jours que les libéraux (2) !

Les médecins ont de la bouteille

Le baromètre Odoxa suggère que le métier est exposé, mais montre également des comportements à risques. Six médecins sur dix n’ont ainsi pas de médecin référent (56 % pour les MG, 62 % pour les spé – pourquoi aller voir un MG alors qu'on est spé, hein ?). Pour la vaccination anti-grippale, c’est un peu mieux. Près de 7 med gé sur 10 et 6 spécialistes sur 10 affirment y adhérer tous les ans. Ce qui tranche tout de même avec les estimations précédentes (qui a menti sur son statut vaccinal, qui ??)…

Côté tabagisme, c’est pas trop mal, avec un taux de fumeurs quotidiens inférieur à 10 % pour les MG, les spécialistes et les internes. En revanche, sur l’alcool… Les spécialistes sont en tête, avec une consommation quotidienne pour 10,8 % d’entre eux. Les MG suivent, avec 7,6 %, loin devant les infirmières (2,3 %) ou les sages-femmes (3,2 %). Pour l’activité sportive, on reste dans le « bien, mais pas top ». Entre 60 et 70 % des médecins sont actifs.

Cocotte-minute

Les facteurs de risque ne sont pas les seuls à blâmer sur l’état de santé des professionnels de santé. Le baromètre s’est attaché à repérer les facteurs de stress. Les professionnels de santé se plaignent notamment du « travail empêché ». Ils ressentent des injonctions contradictoires dans leur travail, un manque de coordination, de pertinence, ou encore des conflits qui les freinent dans la pleine réalisation de leur métier. Pas de scoop de ce côté.

Ensuite, les incivilités des patients et la charge de travail sont mises dans la balance. Près de 6 soignants sur 10 travaillent le week-end, et pour 15 %, c’est systématique. « Le burnout guette les professionnels de santé, résume Gaël Sliman, président d’Odoxa. Ces mauvaises pratiques et cette carence en prévention aboutissent non seulement aux niveaux de pathologies et d’insatisfaction au travail préoccupants, et à ces résultats préoccupants sur leur sommeil et leur vie privée "vampirisée" par le travail ».

(1) Les « deux derniers mois » sont à prendre avec des gants. L’enquête a été réalisée auprès d’un échantillon de 1005 personnes représentatif de la population entre le 15 et le 16 novembre, et parallèlement auprès de 6078 professionnels de santé entre le 27 septembre et le 30 octobre.
(2) Le chiffre n’a été calculé que pour les médecins spécialistes.

Portrait de Jonathan Herchkovitch

 

Vous aimerez aussi

Fatigué, éreinté mais comblé, vous finissez votre internat avec éclat et commencez À rêver À vos prochaines vacances, un clinicat bien mérité…...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.