Le SOS d’un médecin SOS en détresse… ou plutôt en colère : « On fait notre maximum, soyez polis au minimum »

Article Article

C’est à la suite d’une énième visite, pour le moins désagréable, mardi 15 février, que ce médecin a pris la plume et s’est fendu de cette tribune. Bien sûr, il le précise, tous les patients ne sont pas comme ça, beaucoup expriment de la reconnaissance, mais certains, parfois, blessent. Et là, c'est à eux qu'il s'adresse.

Le SOS d’un médecin SOS en détresse… ou plutôt en colère : « On fait notre maximum, soyez polis au minimum »

«En tant que médecin SOS, je tiens à rappeler que la visite à domicile, pour de nombreuses raisons et pas que des histoires d’argent, devient un privilège rare en France. Toutes et tous les médecins SOS vous diront combien ils la jugent fondamentale et indispensable et ne sera jamais remplaçable par un médecin et des outils connectés au bout d’une webcam.

Nous sommes tenues et tenus de répondre aux demandes directes de patients, mais aussi aux sollicitations du SAMU, des EHPAD, ou des forces de l’ordre. Dans tous les cas nous faisons de notre mieux.

Nous ne sommes pas responsables si vous attendez 4 jours pour vous inquiéter de vos symptômes.

Nous ne sommes pas responsables si vous cédez à la tentation d’appeler à 16 heures un service privé de téléconsultation, comme Livi, et si vous n’avez pas lu que ce service est payant et pas souvent remboursé. Et évidemment nous ne sommes pas responsables de ce que fait ou ne fait pas le confrère qui vous a répondu.

Nous ne sommes pas responsables si d’autres services que le nôtre ne vous propose qu’une consultation et éconduit à 18 heures une demande de visite à domicile.

Nous ne sommes pas responsables si vous appelez à 20 heures le centre 15, à l’heure où l'on passe à 2 médecins de garde contre 4 dans la journée, et si le centre 15 nous transmet enfin la demande de visite « sans délai d’urgence » à 20h15, alors que nous avons déjà 4 demandes dont 3 concernent des nourrissons. En parvenant à arriver en 2 heures 15 après avoir dû traverser une ville de Sud en Nord, nous faisons au mieux et ce délai est tout à fait acceptable.

Je préférerai toujours renoncer à des honoraires qu'être souillé de vos poncifs

Nous ne sommes pas responsables si on ne nous donne pas la bonne adresse ni les indications pour trouver un immeuble dans une cour que seul notre téléphone éclaire. A force de lapins et de patients qui ne répondent pas, à 22h30, et avec encore deux visites à faire dont un nourrisson encore, comprenez qu’on puisse humainement pester.

Les seuls médicament que nous sommes tenus d’avoir sont l’adrénaline et la ceftriaxone. Pour les autres, soit on vous envoie aux urgences si c’est nécessaire, soit il existe des pharmacies de garde et nous ne sommes pas responsables si à partir de 23 heures il faut passer par un commissariat de police pour les faire ouvrir. Mais vous n’êtes pas légitimes à vociférer sur un médecin qui est médecin, pas pharmacien.

Et un médecin seul à domicile ne se substitue pas aux moyens techniques, matériels et humain d’un service hospitalier

Et remettre en cause sa compétence parce qu’il n’a pas LE traitement que vous auriez eu si vous aviez appelé plus tôt, c’est abject.

Et oser des réflexions sur l’argent sous prétexte de « j’ai cotisé j’y ai droit », c’est le degré zéro de la réflexion. Et je préférerai toujours renoncer à des honoraires qu’être souillé de vos poncifs

Et si l’herbe est plus verte ailleurs, allez-y, vous ne manquerez à personne.

On fait notre maximum, soyez polis au minimum »

 

L'auteur de ce texte a préféré rester anonyme et ne pas indiquer son lieu d'exercice

 

 

 

 

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers