Le court destin des chocolats de nos salles de soins

Article Article

Une étude du BMJ explore la durée de vie des boîtes de chocolats À l'hôpital

Le court destin des chocolats de nos salles de soins

Les britanniques sauront toujours nous surprendre. Un article scientifique, excusez du peu, paru ce mois-ci dans le British Medical Journal dévoile les résultats d’une étude fort appétissante. Une équipe de médecins multi-spécialités s’est amusée à étudier la durée de vie de boîtes de chocolats déposées dans leur salle de soins. Deux boîtes, l’une de Quality Street (Nestlé) l’autre de Roses (Cadbury) ont été déposées dans 4 services différents de 3 hôpitaux britanniques. Soit 8 boîtes et 260 chocolats. Chrono en main, les observateurs ont noté attentivement toutes les ingurgitations chocolatées de l’équipe soignante, sur une durée de 4 heures environ.

Résultat, il a fallu pas moins de 12 minutes en moyenne au personnel pour déballer le contenant, avec une survie médiane du contenu de 51 minutes. Les britanniques ont d’ailleurs préféré leur propre production avec une rapidité d’extinction plus marquée pour les Roses de Cadbury. Pas moins étonnant, les observateurs ont noté que la vitesse initiale d’absorption était plus élevée juste après la mise à disposition des chocolats que dans les heures qui ont suivis. Ce qui n’est pas sans nous ramener à notre propre pulsion déclenchée à la simple vue d’une boîte à chocolats. Après ça la raison semble l’emporter. Ou pas.

Autre utilité de l’étude : pointer la faible position des médecins parmi les consommateurs. Car, oui, nous ne sommes pas paranos, les plus grands consommateurs sont bien les aides-soignant(e)s (28%) et les infirmier(e)s (28%). Quant aux docteurs, ils n'étaient l'auteur que de 16% des ingestions. Pas d’infos cependant concernant les externes et stagiaires, qu’on ne pourra pas incriminer… à tort ou à raison.

 

 

Source:

what's up doc - publié par AP 17/12/2013

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers