Le CHU de Nantes offre un hôtel à ses patients

Venez accompagnés !

Lundi dernier, le CHU de Nantes a inauguré une maison hospitalière pour accueillir les patients (et leurs accompagnants) avant, pendant, ou après un séjour à l’hôpital. Cette petite révolution pour le patient pourrait bien se traduire par un réel bénéfice pour la communauté hospitalière.

 

« Pour le patient et ses proches, c’est beaucoup plus confortable », explique le Pr Paul-Antoine Lehur, chirurgien digestif au CHU de Nantes et représentant du corps médical sur le projet de maison hospitalière. L’établissement nantais vient en effet d’inaugurer un hôtel pour loger les patients et leurs proches. Celui-ci vient s’ajouter à la petite liste des hôtels patients déjà existants qui comprennent notamment Necker et Saint-Louis à Paris ou encore l’hôpital Pellegrin de Bordeaux. Et pour Paul-Antoine Lehur, ce genre infrastructure peut avoir un triple effet : réduire le stress à la fois pour les patients, les proches, et les soignants.

Une vraie solution de secours pour les patients                        

« Certaines interventions, après une anesthésie générale par exemple, nécessitent que le patient reste à moins de 50 kilomètres du centre de soins », explique le PU-PH. « Cela ne veut pas dire qu’il doit obligatoirement être hébergé dans l’hôpital. » Le suivi peut en effet s’effectuer dans des conditions non médicalisées. Problème : il est souvent indispensable pour le patient de prévoir un budget pour se loger sur place s’il habite loin. La maison hospitalière implantée au sein du CHU de Nantes représente donc à ce jour la meilleure alternative.

Prix attractifs (à partir de 25 euros pour une chambre partagée), infrastructure fonctionnelle, cette maison laisse une complète indépendance au patient et ses proches. Elle est gérée et financée essentiellement par l’association les Œuvres de Saint-Jean

Un soulagement pour les soignants

« On est dans une importante logique d’efficacité au sein des établissements de santé, les hospitalisations sont raccourcies et les soignants doivent traiter chaque patient rapidement », constate Paul-Antoine Lehur. « Avec la mise en place d’une structure d’accueil comme celle-ci, nous pouvons répondre à la demande de la patientèle en maintenant des soins de qualité tout en évitant l’hospitalisation, mais en effectuant un suivi plus pousséEn définitive tout le monde y gagne ! »

Avec la maison hospitalière, les équipes prennent en effet en charge des patients dans de meilleures dispositions. « Le soignant peut préparer les interventions plus en amont avec un patient plus disponible et plus serein, c’est reposant pour tout le monde », précise le PU-PH.

L’initiative fait d’ailleurs office de « bêta test » et devrait, à terme, s’installer dans le futur CHU de l’île de Nantes avec une capacité de 60 lits (contre 22 actuellement).

Source: 

Johana Hallmann

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Gérer sa relation avec l'hôpital comme une relation de couple
À la suite de la publication de la première partie de notre enquête, qui évoquait une situation particulièrement catastrophique aux urgences du CHU...
Depuis 2015, les dispositifs d’eye-tracking se multiplient petit à petit dans les services de réanimation français. Imaginé par le Dr Laëtitia Bodet-...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.