L'AP-HP va tester l’hydroxychloroquine (et l'azithromycine) chez les soignants

Le traitement prôné par le professeur Raoult fait l'objet d'un troisième essai clinique randomisé, mené cette fois-ci par l'AP-HP. 

Par communiqué, l’AP-HP informe qu’elle va tester l’hydroxychloroquine associé à l’azithromycine (soit le traitement prôné par le professeur Raoult) en prévention chez les soignants. « Cet essai promu par l’AP-HP, dont l’investigateur coordonnateur est le Pr Jean-Marc Tréluyer, de l’Unité de recherche clinique Necker-Cochin, AP-HP / Université de Paris, a été autorisé le 10 avril 2020 par l’ANSM et a reçu l’avis favorable le 7 avril 2020 du Comité de protection des personnes », ajoute l’AP-HP.

Trois décès à l'AP-HP

Comme pour justifier la mise en place de cet essai randomisé « contrôlé versus placebo », l’AP-HP argumente qu’une chimioprophylaxie « pourrait être très utile associée aux mesures barrières (lavage des mains, masque) », sachant que quelque 3610 professionnels de l’AP-HP ont été contaminés depuis le début de l’épidémie. « Huit sont hospitalisés dans un service de réanimation ou de surveillance continue, cinq sont sortis de réanimation ci et trois sont malheureusement décédés. » C’est un essai à trois bras : placebo, hydroxychloroquine et azithromycine.  « Huit premiers hôpitaux de l’AP-HP - Ambroise-Paré, Avicenne, Broca, Cochin, Necker Enfants malades, européen Georges-Pompidou, Saint-Antoine et Pitié-Salpêtrière - vont participer aux inclusions pour cet essai clinique de prévention d’infection COVID-19. » 900 soignants seront intégrés, soit 300 pour chacun des bras, à 40 jours de traitement. Ils seront testés en début et en fin de protocole par PCR et sérologie. « L’efficacité du traitement préventif sera comparé entre le bras placebo et le bras hydroxychloroquine d’une part, et entre le bras placebo et le bras azithromycine d’autre part. En cas d’efficacité du traitement préventif dans le bras hydroxychloroquine et le bras azithromycine, une comparaison des deux bras de traitement (hydroxychloroquine versus azithromycine) pourra être réalisée. »

Cet essai est distinct de l’initiative prise par le Dr Jean-Claude Ghaleb, qui cherche à monter un essai clinique sur la prophylaxie de l’hydroxychlroquine associé à l’azithromycine en prophylaxie chez les soignants. Joint par WUD, le Dr Ghaleb se réjouit du lancement de cet essai randomisé par l’AP-HP, mais précise que son essai devrait concerner avant tout les médecins généralistes et ceux de l’hospitalisation privée. 

 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Alors que la cancérologie propose aujourd’hui des projets thérapeutiques innovants de plus en plus personnalisés. La nanomédecine, elle, pourrait...
Qu'il s'agisse de candidats vaccins ou d'antiviraux, la recherche dans le domaine de la lutte contre le Covid19 avance. L'Inserm a proposé récemment...
Le projet de loi relatif à la bioéthique a été présenté lors du Conseil des ministres du 24 juillet dernier. L’occasion de faire un point sur son...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.