Nouvel essai clinique du Pr Raoult sur l’hydroxychloroquine, nouvelle polémique !

Le 27 mars, le professeur Didier Raoult a rendu public un nouvel essai clinique sur 80 patients qui concluent aux effets bénéfiques de l'hydroxychloroquine associée à l'azithromycine dans le traitement du Covid-19. Mais de nombreux chercheurs mettent en cause le sérieux de cette nouvelle étude. 

Le professeur Didier Raoult, au cœur de la polémique concernant les vertus ou les méfaits de l’hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19, n’est pas du genre à baisser les bras. Après avoir publié une première étude clinique le 13 mars dernier, concluant aux résultats positifs de l’hydroxychloroquine, associé à l’azithromycine, dans le traitement du Covid-19, tout de suite contestée par de nombreux chercheurs pour les biais de cette étude, il publie un nouvel essai clinique ce 27 mars sur l’association Hydroxychloroquine/azithromycine, incluant cette fois-ci 80 patients. Sur ces 80 patients, relève le professeur Raoult, dans l’abstract de cette étude, « nous notons une amélioration clinique sauf pour un patient de 86 ans qui est décédé, et pour un autre patient de 74 ans qui est encore en soins intensifs. Une rapide chute de la charge vitale, par teste nasopharyngé a été notée, avec 83% de résultats négatifs au jour d’aujourd’hui 7, et 93% au jour 8. Les patients en moyenne ne sont plus contagieux après la 5 jours. » Première des critiques émises contre cette étude : l’absence de groupe contrôle. Mais le professeur Raoult justifie le peu d'orthodoxie de cette étude : 

Aussi, comme le commentait le Pr Laurent Thines, cette deuxième étude « ne prouve rien : 98% des malades Covid19 vont bien. On le savait. Par ailleurs, ne plus avoir de virus dans le nez n’équivaut pas à ne plus être contagieux… S’il est dans le poumon. Enfin, le test nasal n’est pas fiable d’après votre première étude. »

Pas de quoi désarçonner pour autant le professeur Raoult, qui publiait un nouvel article rendu public le 29 mars, lequel établissait que la « saison 2019-2020 a été jusqu'ici marquée par une baisse de la mortalité liée à des infections respiratoires virales dans la région de Marseille ».

Enfin, le professeur Raoult se vantait, dans un dernier Tweet, d’avoir pu traiter dans son Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée 1003 patients atteints de Covid-19 et de n’avoir enregistré qu’un seul décès.

Toujours est-il que la « folie » hydroxychloroquine a eu des effets néfastes dans la région Nouvelle Aquitaine. « Des cas de toxicité cardiaque ont été signalés en Nouvelle Aquitaine suite à des prises en automédication de Plaquenil® (hydroxychloroquine) face à des symptômes évocateurs du Covid-19, ayant parfois nécessité une hospitalisation en réanimation. Face à ce constat, l’ARS Nouvelle-Aquitaine alerte sur les dangers de l’hydroxychloroquine qui ne doit en aucun cas être prise en automédication », rappelle l’ARS Nouvelle Aquitaine dans un communiqué.

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Désormais, l'hydroxychloroquine, mais aussi l'association  lopinavir/ritonavir, ne pourront être prescrits qu'en établissements de santé pour le...
L'organisation mondiale de la santé (OMS) avait décidé de suspendre le bras hydroxychloroquine de son essai clinique Solidarity sur des traitements...
Presse auscultée. L’un des huit médecins arrêtés par la police de Wuhan le 1er janvier pour avoir révélé trop tôt les dangers du virus vient de...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.