Lampiste aux étoiles

Article Article

Critique de "Le Grand Cirque", de Booder et Gaëlle Falzerana (sortie le 15 février 2023). Momo, humoriste qui n'arrive pas à faire rire, désespère de percer dans le métier, jusqu'au jour où un clown bénévole intervenant dans les hôpitaux le met au défi de se faire adopter par les enfants d'un service d'oncopédiatrie. En acceptant, Momo va trouver bien plus qu'un public...

Lampiste aux étoiles

Un film plus que bancal mais qui réussit sur la fin à se trouver et nous trouver.

Ce qui est surprenant, dans "le Grand Cirque", c'est que la forme du film est exactement au diapason de l'histoire qu'il raconte. Soit un cinéaste maladroit, qui muni d'une très belle idée de départ - on ne la dévoilera évidemment pas car elle ne se révèlera qu'en cours de route - mais ne réussissant pas à en tirer le meilleur - scénar brouillon, direction d'acteurs quasi-inexistante, entre les seconds rôles flemmards et le vieux clown au jeu ampoulé et au registre toujours un peu en décalage - finit malgré tout par s'en sortir et soigner sa sortie par un spectacle émouvant. 

Bien évidemment, cet apprenti comique qui désespère de ne pas parvenir à l'être et ce cinéaste débutant aux prises avec une histoire qu'il ne parvient pas réellement à transposer en langage cinématographique ne font qu'un. Booder, s'il s'est écrit un rôle sur mesure à la limite du masochisme, a une générosité indéniable, et on sent qu'avec plus de moyens, un meilleur encadrement et un peu plus de talent d'écriture, il aurait pu aller beaucoup plus loin dans la description de ce qui fait la difficulté, la spécificité et la beauté de l'intervention du clown en hôpital. Cette relation à l'enfant, dont il s'agit de comprendre l'univers et s'y intégrer par l'intermédiaire du jeu à deux bien plus que de le distraire - de sa maladie -, il semble en percer peu à peu le secret, et surtout nous le transmettre. Nous passerons ainsi du regard de l'adulte excédé - celui qui est infligé à Momo pendant la grande majeure partie du film - à une bienveillance émue. Booder a réussi à faire passer son message, et c'est bien l'essentiel. 

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers