Hackathon de Nice : 48 heures pour révolutionner la médecine…

… et seulement trois minutes pour convaincre

Samedi dernier, les participants du hackathon Neuroplanète, un concours d’innovation e-santé co-organisé notamment par la ville de Nice et Hacking Health, ont donné le dernier coup de collier avant l’annonce des résultats. What’s up Doc a suivi les derniers moments avant la délivrance.

 

Deux jours pour créer l’application ou l’objet connecté qui va changer le monde de la santé. Un sacré challenge pour la centaine d’étudiants inscrits du hackathon Neuroplanète de Nice, qui a eu lieu du 6 au 8 octobre. On peut comprendre pourquoi samedi matin, à la pépinière e-santé 27 Delvalle, certains étudiants ont les traits tirés. En chaussons ou en pyjama, ils vérifient une dernière fois leur présentation. Trois minutes leur sont accordées pour exposer leurs résultats, et pas une seconde de plus. Il faut donc être efficace et concis.

Pendant presque deux heures, ces étudiants d’Edhec et d’Epitech se sont donc relayés dans l’amphithéâtre du CHU Pasteur, accompagnés d’experts en design, marketing, ou de soignants. Parmi les 18 projets présentés, la grande majorité s’est concentrée sur les besoins des patients. Un dénominateur commun qui s’explique par la présence majoritaire d’étudiants ingénieurs, plus proches des problématiques du grand public que de celles des soignants.

Petite exception : une appli nommée e-patient, conçue pour fluidifier la circulation des malades au sein des établissements de santé. Le principe est simple : un bracelet connecté contenant toutes les données médicales pertinentes pour le médecin est confié au patient. Les informations présentes sur ce bracelet sont ensuite automatiquement mises à jour en fonction des soins que reçoit le malade, et le tout est hébergé sur un serveur local pour garantir la confidentialité des données. Un dispositif prometteur qui reste malgré tout très similaire au dossier patient déjà existant dans les infrastructures hospitalières.  

Et le vainqueur est… 

Mais l’appli à destination des soignants n’a malheureusement pas totalement fait mouche. Si elle a attiré l’attention de la rédac', elle n’a pas retenu celle du jury qui a majoritairement voté pour Realief, un serious game conçu pour rééduquer les patients amputés et les aider à moins sentir la douleur de leur membre fantôme. 

Une idée que les jeunes membres de l’équipe voient déjà dépasser les frontières hexagonales. « Si tout se passe bien, on pourrait utiliser ce serious game pour les blessés de guerre, et l’amener sur les zones de conflit », précise Meggy Hayotte, doctorante à l’université de Sophia Antipolis et membre de l’équipe gagnante. 

Et pour rendre tout cela plus concret, les vainqueurs ont reçu un financement de 5000 euros de la part de la ville de Nice. Un bon départ sur une route qui s’annonce encore longue. 

 

Source: 

Johana Hallmann

Portrait de La rédaction

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.