Expérience patient : passer les paroles aux actes ?

Le deuxième baromètre de l’expérience patient de l’Institut français de l’expérience patient (Ifep) considère qu’il y a encore des marges de développement importantes.
 

Le potentiel de développement de l’expérience patient (1) est important. C’est le constat du deuxième baromètre de l’expérience patient de l’Institut français de l’expérience patient (Ifep), réalisé par BVA (avec le soutien de la Fondation Adrea et de Sodexo) auprès de 1 405 professionnels. Car, si les directions d’établissements affichent une « motivation très élevée » (85 % sont prêtes à s’y engager), l’engagement opérationnel reste « assez faible. », considère le baromètre.
 
Si l’on compare la situation de la France par rapport aux États-Unis (enquête similaire du Beryl Institute), on constate « un flagrant retard dans la prise en compte de l’expérience patient » dans les établissements français, poursuit le baromètre. Environ 40 % d’entre eux sont en effet engagés dans ce processus en France, contre 86 % aux États-Unis.

De plus en plus d'adeptes 

À l’échelle des professionnels de santé, l’expérience patient fait de nouveaux adeptes chaque année, 20 % l’ayant découverte en 2019, contre 17 % en 2018. Des professionnels qui identifient les impacts positifs de l’amélioration de l’expérience patient sur les points suivants : la qualité de soins, les relations soignants-soignés, leur propre bien-être et la situation financière des établissements.
 
Et d’évoquer deux leviers d’actions à investir en priorité : le développement des compétences et l’amélioration des conditions de travail des collaborateurs. Par ailleurs, 76 % des médecins déplorent les lacunes de leur formation initiale en la matière, contre 54 % des paramédicaux.
 
Le baromètre a également complété son dispositif en 2019 en interrogeant 2 400 Français, dont 1000 vivent avec une maladie chronique. Ce qui a permis de révéler des points de consensus entre professionnels et patients qui considèrent que les professionnels sont à 82 % des techniciens et à 77 % des pédagogues. Un sentiment partagé par les pros.
 
Il y a aussi évidemment des divergences. Par exemple, 73 % des professionnels estiment prendre suffisamment en compte le vécu des patients et des familles pour améliorer la prise en charge et l’accompagnement. Tandis que seuls 58 % des usagers partagent cet avis…

1 :  Selon l'Ifep, c'est l’ensemble des interactions et des situations vécues par une personne ou son entourage au cours de son parcours de santé. Ces interactions sont façonnées à la fois par l’organisation de ce parcours mais aussi par l’histoire de vie de la personne concernée.

Portrait de Julien Moschetti

Vous aimerez aussi

Lors des vœux à la presse, la ministre de la Santé Agnès Buzyn s'est longuement attardée sur l'épidémie de coronavirus. 
Professeur de santé au travail et chercheur dans le domaine de l’épidémiologie des risques professionnels et de l’urgence en milieu de travail,...
Supposons que nous ayons un ouvre-boîte...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.