Covid19 : 9,3% des internes présentent des symptômes sévères de stress post-traumatique

Selon une enquête de l'Isni, la prise en charge de l'épidémie de Covid19 a eu un fort impact psychologique négatif chez les internes. 

Dans une récente enquête auprès de 892 internes, l’intersyndicale nationale des internes (Isni) a mis en lumière les conséquences psychologiques de la prise en charge de l’épidémie de Covid19 chez les internes mobilisés. Il apparait ainsi que 9,3% des répondants présentent des symptômes sévères post-traumatiques (20,5% des symptômes modérés). En termes d’anxiété 47,1% d’entre eux sont atteints, et 18,4% présentent des symptômes dépressifs.

« Trois échelles validées et utilisées dans les études de psychiatries ont été utilisées : HADS pour détecter les symptômes d’anxiété et de trouble de l’humeur (symptôme dépressif), l’IES-R pour les symptômes de stress post-traumatique », précise l’Isni. Les symptômes dépressifs touchent principalement les internes en MG (22,2%) et ceux en Spécialités chirurgicales (23,6%). L’anxiété touche aussi principalement les mêmes spécialités (51,3% pour les MG et 50,9% pour les spé chir), tout comme le stress post-traumatique (35,9%, et 40%). Comparé à une enquête de 2017, l’anxiété a augmenté de +14,3% pour les internes en médecine générale, et les symptômes dépressifs, chez les mêmes internes, ont marqué une hausse de +17,7%. 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

L’ONG indépendante Health Action International (HAI) vient de publier un guide pour informer les professionnels de santé sur la question du marketing...
Classement des CHU et des spécialités 2016-2017
Antoine Tichadou, président du Syndicat des internes de Marseille (SAIHM) râle contre l'ouverture de 7 lignes de gardes uniquement occupées par des...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.