Covid19 : 9,3% des internes présentent des symptômes sévères de stress post-traumatique

Selon une enquête de l'Isni, la prise en charge de l'épidémie de Covid19 a eu un fort impact psychologique négatif chez les internes. 

Dans une récente enquête auprès de 892 internes, l’intersyndicale nationale des internes (Isni) a mis en lumière les conséquences psychologiques de la prise en charge de l’épidémie de Covid19 chez les internes mobilisés. Il apparait ainsi que 9,3% des répondants présentent des symptômes sévères post-traumatiques (20,5% des symptômes modérés). En termes d’anxiété 47,1% d’entre eux sont atteints, et 18,4% présentent des symptômes dépressifs.

« Trois échelles validées et utilisées dans les études de psychiatries ont été utilisées : HADS pour détecter les symptômes d’anxiété et de trouble de l’humeur (symptôme dépressif), l’IES-R pour les symptômes de stress post-traumatique », précise l’Isni. Les symptômes dépressifs touchent principalement les internes en MG (22,2%) et ceux en Spécialités chirurgicales (23,6%). L’anxiété touche aussi principalement les mêmes spécialités (51,3% pour les MG et 50,9% pour les spé chir), tout comme le stress post-traumatique (35,9%, et 40%). Comparé à une enquête de 2017, l’anxiété a augmenté de +14,3% pour les internes en médecine générale, et les symptômes dépressifs, chez les mêmes internes, ont marqué une hausse de +17,7%. 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Une proposition de la Grande conférence de santé
Presse auscultée. Une jeune interne avait été poignardée le lundi 16 septembre à son domicile. Un homme a été mis en examen. 
Un service accueillant dans une ville accueillante

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.