« Chirurgien pendant 28 jours à Gaza, je ne veux plus voir de blessés »

Article Article

Ahmed Abunada « ne veut plus voir de blessés ». Début novembre, le chirurgien a quitté al-Chifa, le plus grand hôpital de Gaza, où il exerçait sans relâche depuis les attaques terroristes du Hamas du 7 octobre, pour se réfugier en Allemagne.

« Chirurgien pendant 28 jours à Gaza, je ne veux plus voir de blessés »

L'hôpital al-Chifa à Gaza.

© Capture France 24

"Nous avons opéré sur le sol, sur des brancards, nous n'avions plus de lits", raconte ce ressortissant allemand d'origine palestinienne, âgé de 47 ans.

Il a été reçu vendredi à Berlin par le président allemand Frank-Walter Steinmeier avec sept de ses compatriotes qui, comme lui, ont pu quitter la bande de Gaza après l'ouverture du point d'entrée de Rafah à la frontière égyptienne.

"La semaine de mon départ de l'hôpital, la situation a empiré : nous n'avions plus de courant, plus d'eau, plus d'oxygène". Sans oxygène, impossible d'opérer : "C'est pour cela que j'ai quitté l'hôpital, au 28ème jour du conflit".

Al-Chifa a été, jusqu'à très récemment, présenté par Israël comme le principal centre de commandement des opérations du Hamas dans la bande de Gaza, ce que le mouvement islamiste palestinien dément.

Questionné par l'AFP sur la présence du Hamas dans le centre hospitalier, Ahmed Abunada répond laconiquement : "j'y ai exercé en tant que médecin et je ne l'ai pas constaté".

Jeudi, le directeur dal-Chifa, Mohammed Abou-Salmiya, a été arrêté pour être interrogé par les services de renseignement israéliens. "J'espère qu'il sera bientôt libéré", a simplement commenté Ahmed Abunada.

Ahmed Abunada a étudié en Allemagne et une partie de sa famille vit dans la région de Hesse. Depuis huit ans, il demeurait à Gaza avec son épouse et ses quatre enfants, dont l'un d'eux a été blessé avant leur départ.

« Qui je laisse mourir, cette femme ou cet homme ? »

La guerre a été déclenchée par l'attaque terroriste sanglante du Hamas le 7 octobre, au cours de laquelle, environ 1 200 personnes ont été tuées, des civils pour l'essentiel, et 240 personnes prises en otage, selon les chiffres israéliens. Certaines de ces otages ont été détenues sous l'hôpital al-Chifa, selon l'armée israélienne.

En représailles, Israël a juré d'"anéantir" le Hamas, pilonnant sans relâche la bande de Gaza où, selon les services de communication du Hamas, près de 15 000 personnes ont été tuées. Pendant des jours, des soldats israéliens ont fouillé méticuleusement chaque pièce de l'hôpital al-Chifa, dans lequel ils ont commencé à pénétrer mi-novembre.

Médecin chef du service de chirurgie vasculaire dans cet hôpital, Ahmed Abunada a dû prendre des décisions "particulièrement difficiles" après le début de la guerre.

"Qui je laisse mourir, cette femme ou cet homme ? (...) Je n'ai pas le temps de reconstruire cet enfant, alors je dois l'amputer : c'est très dur pour un docteur", confie-t-il.

Seul chef dans son service, il avait à peine le temps de se reposer : "Naturellement, j'ai dû faire des pauses pour dormir. Mais dormir sans pouvoir s'allonger, c'est difficile."

"Les bombardements étaient partout. Il y avait trop de bruit pour dormir une nuit entière", ajoute-t-il.

La semaine avant son départ, les cadavres s'entassaient devant l'entrée de l'hôpital. "Les corps sentaient et les chiens s'en approchaient pour les dévorer", explique-t-il, "j'ai entendu que des morts ont été enterrés dans l'hôpital après mon départ".

Ahmed Abunada a décrit vendredi au président allemand la situation à Gaza et l'a prié de venir en aide aux Palestiniens.

"J'ai appelé à la création d'un pont médical aérien qui fournirait du matériel, des médicaments, en passant par l'Egypte", dit-il.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/les-medecins-militaires-doivent-sadapter-aux-guerres-daujourdhui-il-va-nous-falloir-prendre

"Il y a beaucoup de médecins allemands d'origine palestinienne. Ils pourraient être mis en congé pour exercer là-bas. Tout patient a le droit d'être soigné", insiste-t-il.

Il espère que la communauté internationale juge le conflit "en tenant compte des deux côtés" et en regardant aussi "les questions humanitaires et humaines".

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers