Gaza : 22 hôpitaux et plus de 2 000 patients à évacuer, une « peine de mort » selon l'OMS

Article Article

L'évacuation forcée de milliers de patients du nord de Gaza vers les établissements débordés du sud du territoire pourrait être "l'équivalent d'une peine de mort", a averti samedi soir l'OMS dans un communiqué.

Gaza : 22 hôpitaux et plus de 2 000 patients à évacuer, une « peine de mort » selon l'OMS

© Capture d'écran Euronews

L'armée israélienne a ordonné à tous les habitants du nord du territoire, y compris les malades et les blessés, de se rendre dans le sud en vue d'une intervention terrestre contre le Hamas, une semaine après l'attaque sanglante déclenchée par celui-ci.

"L'OMS condamne fermement les ordres israéliens réitérés d'évacuer 22 hôpitaux traitant plus de 2 000 patients dans le nord de Gaza", a déclaré l’organisation, dans un communiqué publié à son siège à Genève.

Déplacer 2 000 patients vers le sud de Gaza, "où les structures de santé sont déjà au maximum de leurs capacités et sont incapables d'absorber une hausse considérable du nombre de patients, pourrait être l'équivalent d'une peine de mort", estime-t-elle.

Plus de 1 300 personnes ont été tuées par les commandos du Hamas, surtout des civils, dont des enfants, et au moins 120 personnes ont été prises en otage, selon des responsables israéliens.

La puissante riposte israélienne a tué plus de 2 700 personnes, dont plus de 700 enfants dans la bande de Gaza et a fait plus de 9 700 blessés, selon bilan actualisé diffusé aujourd’hui par le ministère de la santé du Hamas.

Les personnels de santé face à des "choix déchirants"

"L'évacuation forcée de patients et de travailleurs de santé aggravera davantage la catastrophe humanitaire et de santé publique actuelle", note l'OMS.

Les patients gravement malades, en soins intensifs ou sous dialyse, les nouveau-nés en couveuses, les femmes enceintes souffrant de complications "risquent tous une détérioration immédiate de leur état ou la mort s'ils sont obligés de se déplacer et sont privés de soins vitaux pendant leur évacuation", prévient l'agence.

Les personnels de santé du nord de Gaza sont confrontés à des "choix déchirants" entre devoir abandonner leurs patients, les exposer à un risque mortel en les déplaçant ou alors mettre leur propre vie en jeu en restant à leurs côtés.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/jai-fait-le-serment-dhippocrate-je-ne-peux-pas-trahir-ces-gens-bakhmout-les-medecins

"En très grande majorité, les personnels de santé ont choisi de rester et d'être fidèles à leur serment de [Primum non nocere]", souligne l'OMS.

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers