Explosion d’un hôpital de Gaza, des centaines de morts : Israéliens et Palestiniens se rejettent la faute

Article Article

Une explosion a fait plusieurs centaines de victimes hier soir dans l'hôpital Ahli Arab de Gaza et provoqué des condamnations internationales et des manifestations à travers le monde musulman, à quelques heures de l'arrivée du président américain Joe Biden dans la région.

Explosion d’un hôpital de Gaza, des centaines de morts : Israéliens et Palestiniens se rejettent la faute

© Capture d'écran AFP 

Le Hamas, au pouvoir à Gaza a accusé Israël d'être à l'origine de cette frappe. L'armée israélienne a elle imputée à un tir de roquette du Jihad islamique, autre groupe armé palestinien, onze jours après le début de la guerre déclenchée par l'attaque sans précédent du Hamas contre Israël. Le Jihad islamique a démenti et mis lui aussi en cause Israël.

Le tir a suscité de nombreuses condamnations au niveau international et des manifestants sont descendus dans les rues à Téhéran, Amman, Istanbul, Tunis et Beyrouth.

A Ramallah, en Cisjordanie occupée, des affrontements ont éclaté mardi soir entre des manifestants appelant au départ du président palestinien Mahmoud Abbas et ses forces de sécurité.

Attendu en Israël, Joe Biden va "reporter" son étape prévue ensuite en Jordanie, a indiqué la Maison Blanche. Le président américain s'est dit "indigné et profondément attristé par l'explosion", dans un communiqué.

La Jordanie avait auparavant annoncé l'annulation d'un sommet auquel Joe Biden devait participer en compagnie de son homologue égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, et du président Abbas.

"Mensonges"

"De 200 à 300" personnes sont mortes", a déclaré le ministère de la Santé du territoire palestinien, selon qui "des centaines de victimes se trouvent encore dans les décombres" de l'hôpital Ahli Arab, dans le centre de Gaza.

Le Hamas parle de plus de 500 morts, et a incriminé Israël.

L'armée israélienne a réfuté cette accusation, affirmant que "d'après des informations des services de renseignement (...) le Jihad islamique est responsable du tir de roquette raté", et a dit plus tard dans la nuit qu'elle allait fournir les preuves de ses affirmations.

"Mensonges", a rétorqué le Jihad islamique, qui a accusé Israël de vouloir "se dérober à la responsabilité de son crime".

Selon ce groupe allié du Hamas, classé comme lui organisation terroriste par les Etats-Unis, l'Union européenne et Israël, l'hôpital avait été sommé par le gouvernement israélien d'évacuer sous la menace d'un bombardement, et c'est une bombe larguée par un avion de l'armée qui a causé la tragédie.

A la demande de la Russie et des Émirats arabes unis, le Conseil de sécurité de l'ONU tiendra ce mercredi une réunion d'urgence, et se prononcera juste avant sur une résolution portée par le Brésil pour tenter de trouver une position commune sur le conflit.

"Le plafond est tombé sur la salle d'opération"

"Nous étions en train d'opérer dans l'hôpital, il y a eu une forte explosion et le plafond est tombé sur la salle d'opération. C'est un massacre", a déclaré le Dr Ghassan Abu Sittah, médecin de Médecins sans frontières, dans un communiqué de l'ONG.

L'Église épiscopale à Jérusalem, qui gère l'hôpital, a dénoncé un "crime contre l'humanité". Le Croissant rouge palestinien a lui parlé de "crime de guerre", qui a fait "des centaines" de victimes civiles, "dont des femmes, des enfants, des personnels de santé".

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, qui doit se rendre jeudi en Égypte, frontalière de la bande de Gaza, pour évoquer l'aide humanitaire, s'est dit mardi soir "horrifié". Les attaques du Hamas "ne peuvent justifier la punition collective des Palestiniens", a-t-il ajouté mercredi depuis Pékin, après avoir dénoncé "les actes terroristes commis par le Hamas le 7 octobre". Il a appelé à un "cessez-le-feu humanitaire immédiat".

Le Hezbollah libanais, allié du Hamas, a appelé à observer une "journée de colère" ce mercredi pour condamner le "massacre", dont il accuse Israël.

Le président iranien Ebrahim Raïssi a décrété une journée de "deuil public" et a prédit que l'attaque contre l'hôpital allait se retourner contre Israël et son allié américain. Mardi, Téhéran avait menacé d'une possible "action préventive" contre Israël, qui prépare une offensive terrestre à Gaza.

Depuis le début de la guerre le 7 octobre, déclenchée par une attaque sans précédent du Hamas contre Israël, l'armée israélienne bombarde quotidiennement cette enclave de 362 kilomètres carrés, jurant d'éliminer le mouvement islamiste.

Ces frappes, qui ont entraîné selon l'ONU le déplacement d'un million de personnes, dont de nombreuses ont trouvé refuge dans des hôpitaux, ont déjà fait plus de 3 000 morts, en majorité des civils, dont des centaines d'enfants, selon les autorités locales.

Plus de 1 400 personnes sont mortes en Israël depuis le début de la guerre, pour la plupart des civils tués le jour de l'attaque du Hamas, qui a aussi enlevé 199 personnes selon l'armée israélienne.

D'intenses négociations impliquant plusieurs pays sont en cours pour tenter de faire libérer les otages. Selon le Hamas, plus d'une vingtaine d'entre eux ont été tués dans les frappes israéliennes.

Le point de passage de Rafah toujours fermé 

L'eau et la nourriture manquent pour les 2,4 millions d'habitants de la bande de Gaza, privés aussi d'électricité, après le siège imposé par Israël depuis le 9 octobre au petit territoire, déjà soumis à un blocus terrestre, maritime et aérien depuis que le Hamas y a pris le pouvoir en 2007.

Dans le sud de Gaza, où les habitants ont fui par centaines de milliers, suivant un appel à l'évacuation du nord lancé par l'armée israélienne, le point de passage de Rafah, contrôlé par l'Égypte, la seule issue de Gaza vers l'extérieur qui ne soit pas contrôlée par Israël, reste fermé.

Le Caire a appelé mardi Israël à "cesser de viser les environs" du terminal pour laisser entrer l'aide humanitaire "au plus vite".

Alors que l'armée israélienne a déployé des dizaines de milliers de soldats autour du territoire palestinien, et le long de la frontière avec le Liban, près de 500 000 civils israéliens ont aussi été évacués pour les éloigner des zones de combat, selon l'armée.

La tension est vive aussi à la frontière avec le Liban, où les échanges de tirs sont quotidiens entre l'armée israélienne et le Hezbollah.

En Cisjordanie, un territoire palestinien occupé depuis 1967 par Israël, au moins 61 Palestiniens ont été tués depuis le 7 octobre, selon les autorités locales.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/gaza-22-hopitaux-et-plus-de-2-000-patients-evacuer-une-peine-de-mort-selon-loms

A Gaza, l'armée israélienne "commencera ses activités militaires renforcées lorsque le moment sera propice", a déclaré mardi un porte-parole.

Une telle opération s'annonce périlleuse sur ce terrain très densément peuplé, alors que le nord du territoire est truffé de tunnels où le Hamas, classé organisation terroriste par les Etats-Unis, l'Union européenne et Israël, cache combattants et armes.

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers