Bercy propose aux recalés de la Paces de poursuivre médecine dans les déserts médicaux

La direction générale du Trésor propose d'accorder une seconde chance aux recalés en médecine de la Paces, en leur proposant de poursuivre leurs études de médecine, s'ils s'engagent à exercer dix ans en désert médical. 

La direction générale du Trésor, qui dépend du ministère de l’Economie, y va de ses solutions pour résoudre le problème des déserts médicaux. Elle consacre ainsi l’essentiel de son sommaire de sa publication mensuelle, Trésor Éco, à ce problème crucial. Elle propose que les étudiants qui se destinaient à la médecine et qui ont été recalés en Paces puissent poursuivre leurs études de médecine, à condition qu’ils s’engagent à exercer dix ans dans une zone déficitaire. « Ce contrat s’apparenterait ainsi à un contrat d’engagement de service public et (CESP) mais sans accord financier ». Une proposition qui va faire sauter de joie les internes. 

Autre proposition qui devrait faire l’unanimité contre elle : une restriction de la liberté d’installation. «L'accès à certaines zones géographiques déjà fortement dotées en médecins pourrait temporairement être conditionné à la cessation d'activité d'un médecin », propose la direction générale du Trésor. Qui propose aussi la création de places fléchées dans les zones sous-denses, lesquelles pourraient être offertes au moment de l’entrée en internat. « Les étudiants choisissant ces places s'installeraient, une fois leur internat terminé, dans une zone où la continuité des soins est menacée au sein de la région où ils auraient effectué leur internat », poursuit la direction du Trésor. Enfin, dernière astuce pour attirer les internes dans les déserts médicaux : rehausser, dans ces territoires, les spécialités les plus attractives. « Les chiffres attestent que les étudiants sont prêts à changer de lieu de formation pour exercer la spécialité qu'ils souhaitent », explique le Trésor. 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

L’enseignement de l’homéopathie a-t-elle sa place au sein des facultés de pharmacie ? L'Association nationale des étudiants en pharmacie de France (...
Et non… Le chemin qui sépare le 1er jour au labo de l'écriture d'un article scientifique nous réserve de nombreuses embûches ! Quelques clés pour...
Les sénateurs confondent internes et bagnards.
Le projet de loi recèle chaque jour ses pépites : dans la nuit du lundi au mardi, les sénateurs ont décidé de renvoyer les internes de médecine...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.