Accès à la santé en Île-de-France : les moins de 35 ans en difficulté

Le Cosem (Coordination des oeuvres sociales et médicales) vient de publier une étude sur l’accès à la santé en Ile-de-France menée en collaboration avec l’Ipsos. Les tendances suivantes en ressortent : les moins de 35 ans sont la tranche d’âge la plus touchée par les difficultés d’accès à la santé, tandis que la qualité des soins s’est dégradée depuis 5 ans. 

Quelle est la perception et le comportement des franciliens vis-à-vis du système de santé ? Quelles sont leurs difficultés en termes d’accès aux soins ? C’est pour répondre à ces questions que le Cosem (Coordination des oeuvres sociales et médicales) (1) vient de publier un baromètre (2) sur l’accès aux soins en Île-de-France, en partenariat avec l’IPSOS et le Parisien.
 
Premier résultat de l’étude : les moins de 35 ans sont la tranche d’âge la plus touchée par les difficultés d’accès à la santé, en raison de contraintes financières, des délais de rendez-vous trop longs ou encore de l’absence de complémentaire santé.
 
Le baromètre observe également des perceptions plutôt négatives à l’égard des évolutions du système de santé : près d’un francilien sur deux a le sentiment que la qualité des soins s’est dégradée depuis 5 ans en Île-de-France, tandis que 55 % ont le sentiment que l’accès aux soins est plus difficile aujourd’hui qu’il ne l’était il y a 5 ans.

Interruption ou du renoncement des soins

Sont également abordées par l'étude : les questions de l’interruption ou du renoncement des soins qui font partie des conséquences directes les plus graves des inégalités d’accès aux soins. 26% des Franciliens déclarent avoir déjà dû interrompre un parcours de soins : 10% « en raison du temps que cela prenait pour obtenir un rendez-vous », 7% « en raison du coût que cela impliquait », 5% par manque d’écoute et de considération de la part des professionnels de santé.
 
La première raison invoquée, tant pour justifier l’interruption d’un parcours de soin que pour un renoncement à des soins, est le temps d’attente pour obtenir un rendez-vous : 44 % des franciliens ont en effet déjà renoncé à se soigner du fait des délais trop importants pour rencontrer un professionnel de santé. Cette situation est particulièrement répandue chez les moins de 35 ans : 59 % contre 24 % pour les plus de 60 ans.
 
Par ailleurs, 43% ont déjà renoncé à se soigner du fait du refus des médecins de prendre de nouveaux patients, 42% par impossibilité de trouver un médecin le soir, le week-end, ou pendant les vacances, et 36% par manque de temps, une situation qui concerne particulièrement les moins de 35 ans (50% contre 15% des plus de 60 ans).

Manque de moyens financiers

Par ailleurs, le motif financier de renoncement aux soins concerne près d’un francilien sur trois. Sur ce sujet particulièrement sensible, 37% des moins de 35 ans sont touchés. Un score élevé à mettre en perspective avec les « bons » indicateurs de l’OCDE qui annonçait en 2019 que la France a le troisième reste à charge le plus bas des pays de l’OCDE en part de la consommation finale des ménages.
 
Enfin, les soins auxquels les franciliens renoncent le plus sont les soins dentaires (54 %). Viennent ensuite les consultations chez un médecin généraliste (46 %), chez un dermatologue (40 %), puis un ophtalmologue (35 %). D’ailleurs, 54 % ont déjà dû renoncer à une consultation chez le dentiste et cette majorité s’élève à notamment 58 % chez les moins de 35 ans.
 
 
1 : Association de santé créée en 1945, qui regroupe aujourd’hui 6 centres de santé pluridisciplinaires privés situés dans le cœur de la Cité Saint-Michel, Miromesnil, Saint-Lazare, Auber, Magenta et Atlas.
2 : étude réalisée auprès de 1 102 personnes de 18 à 60 ans, interrogées par internet et résidant en Ile-de-France (Paris, petite et grande couronnes, division par département), entre le 25 octobre et le 8 novembre 2019.
 
 

Portrait de Julien Moschetti

Vous aimerez aussi

À l’occasion du premier anniversaire du remboursement de la téléconsultation, Doctolib a invité trois médecins à parler de la téléconsultation, dans...
Presse auscultée. La direction de l'hôpital de Lons-le-Saunier a décidé de fermer la deuxième ligne de Smur jusqu’au 2 septembre 2019.
La lettre ouverte des usagers des hôpitaux et de 108 personnalités au président de la République vient de dépasser les 100 000 signatures.

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.