Urgences : 3 jours d’ITT pour une infirmière agressée

Un patient a agressé le personnel des urgences du centre hospitalier de Semur-en-Auxois (Côte-d’Or), blessant une infirmière. L’agresseur n’aurait pas supporté d’attendre…

Les agressions dans les services d’urgences ne sont pas réservées aux centres hospitaliers des grandes agglomérations. Pour la seconde fois de l’année, un soignant a été blessé à Semur-en-Auxois, à quelques dizaines de kilomètres d’Auxerre.
 
Le 30 juillet, vers 11 heures, un patient venu consulter aux urgences du centre hospitalier Robert-Morlevat a « foncé comme un bélier vers les infirmières et en a frappé une », rapporte un témoin interrogé par Le bien public. Il n’aurait visiblement pas apprécié la demande qui lui avait été faite de retourner en salle d’attente.

Wait for it

L’attente aux urgences – qui a récemment atteint 120 heures au CHU de Saint-Étienne – reste l’un des points de tensions que dénonce le collectif Inter-urgences. En plus de nuire à la qualité des soins, elle est responsable d’un agacement des patients qui mène à de fréquentes altercations et à de la violence verbale, voire physique. Une exposition à des risques particuliers qui a justifié la prime de 100 euros concédée par le gouvernement aux personnels des urgences.
 
En mars, déjà, à Semur-en-Auxois, un médecin avait été agressé et un infirmier blessé, alors que celui-ci tentait de maîtriser un patient agité, emmené par la gendarmerie. L’infirmière frappée ce mardi est en interruption totale de travail pour trois jours.
 

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Syndicats, collectifs, confédérations, fédérations trouvent à redire concernant ce plan d'Urgences pour l'hôpital présenté hier par Édouard Philippe...
En pleine concertation avec la DGOS sur l’évolution de l’exercice hospitalier, les syndicats demandent une pause et l’ouverture de négociations sur...
Une mesure choc aux airs de Vendetta

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.